La Presse et le roman feuilleton

Dans le premier tiers du XIXème siècle, la presse ne s’adresse encore qu’à un public aisé, habitant généralement la capitale, ou une grande ville. 1836, avec les initiatives de précurseurs, tels que Emile Girardin, voit naître des journaux à bon marché : la Presse, mais également le Siècle (journal fondé par Armand Dutacq),  dont les recettes de publicité permettent d’abaisser les prix de vente.

La Presse, Journal quotidien, politique, littéraire, agricole, industriel et commercial, paraît pour la première fois le 1er juillet 1836[1]. Son succès est immédiat, mais comme pour tous les journaux, son lectorat a besoin d’être fidélisé. Emile Girardin utilise pour cela une formule nouvelle : le roman feuilleton, publiant des romans de Théophile Gautier, Eugène Sue, mais également plus tard Alexandre Dumas. Une autre formule utilisée est la publication en « avant première » de romans, notamment ceux de Balzac.

Le roman feuilleton devient rapidement un fort argument publicitaire, de plus en plus goûté et de plus en plus envahissant. Cette forme de roman s’étala dès lors dans les journaux, ayant surtout pour but d’attacher l’abonné à son journal, et d’attirer toujours plus de nouveaux lecteurs.

Cette spéculation industrielle, entraina une nouvelle forme de composition littéraire. Le roman fut découpé en tranches, en chapitres courts et réguliers, comportant de nombreux rebondissements, d’innombrables aventures, afin d’allonger le récit, quitte à l’interrompre quand le public se lasse. Le public d’ailleurs, n’hésite pas à interpeller les auteurs, afin que ceux ci modifient la destinée de tel ou tel personnage, et changent l’orientation du récit quand celui ci n’est pas à son goût. L’auteur est au service du journal mais ne doit pas déplaire à ses lecteurs.

Le roman feuilleton devint bientôt la branche la plus considérable de la littérature[2], touchant un large panel de lecteurs. D’abord dédaigné des lettrés, le roman feuilleton conquit dans la foule un succès colossal. «  On peut comparer la vogue qu’eurent ces feuilletons, avec E. Sue et P. de Kock, au triomphant étourdissant d’un Zola. »[3]


[1] Archives de La Presse 1836-1935, disponibles sur Gallica, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k426720s

[2] Larousse (Pierre) dir., Grand Dictionnaire Universel du XIXème siècle, Tome 8, 1872, p. 311, consulté le 23/01/2013, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k205360r/f315.image.r=.langFR

[3] Gilbert (Eugène), Le roman en France pendant le XIXème siècle, Paris, Plon, 1900. p.84. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k208258z.r=eugène+gilbert.langFR

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.