J’y pense et puis j’oublie…

Non, rien à voir avec Claude François, même si je l’avoue j’aime assez l’idée de fredonner cet air tout en vous écrivant, tout comme j’aime l’idée de vous imaginer le fredonner en me lisant…

Cette introduction, légèrement hors sujet, doucement décalée, pour faire mon retour ici. Lorsque je vois la date de ma dernière publication sur hypothèses, j’ai peur : peur du temps qui défile, peur de le laisser filer, échapper, m’échapper… Mais surtout je me rends compte des avancées que j’ai pu faire dans ma recherche.

Pour ce qui me suivent régulièrement, je suis coutumière de ces allers et retours, de ces absences.

Et oui, voilà déjà la 6ème année de thèse… Pour répondre à celles et ceux qui se demandent pourquoi elle est aussi longue, je n’ai toujours aucun financement, je travaille à côté dans des domaines qui m’intéressent (heureusement), ce qui s’avère extrêmement chronophage. Contrairement au bon sens, j’ai commencé ma thèse sans travailler, et j’ai augmenté le volume de travail au fil des années. Comprenne qui pourra…

Je me lâche sur les « … », peut-être parce que je les adore, mais qu’ils sont mal vus dans un tapuscrit ! J’avoue j’aime aussi beaucoup les « ! », qui sont soumis au même jugement. Mais je m’égare.

Ce billet légèrement confus, annonce mon retour plus régulier sur le carnet. Je n’ai certes pas beaucoup de temps, mais je ressens à nouveau l’envie et le besoin de m’exprimer plus librement que dans la rédaction de ma thèse. Je continuerai donc à publier ici des comptes-rendus de lectures, des découvertes que je ferai, ou encore des billets d’humeur.

Pour citer à nouveau Claude François : j’y pense et je vais essayer de ne pas oublier, mais comme le chantait si joliment Jeanne Moreau dans « le tourbillon de la vie », la vie est un tourbillon plein d’imprévus. Ces imprévus, ce tourbillon m’ont entrainé depuis plusieurs années, il est temps d’émerger et de dompter la recherche !

Sur ce, j’arrête ici les références musicales, pour citer plutôt Edmond Texier, l’un des auteurs qui m’a donné envie de travailler sur Paris. Dans sa lignée, je poursuis mon travail sur Paris, car malgré tout ce que l’on a publié à son sujet, la ville offre encore de nombreux aspects inédits qui méritent d’être sortis de l’ombre :

« Encore un livre sur Paris ! Oui. Et tant que Paris sera Paris, c’est à dire le centre du beau et de l’horrible, du sublime et du ridicule, de l’élégant, du gracieux, du pittoresque, du bizarre, du grotesque, de l’impossible et de l’absurde ; tant que Paris restera ce qu’il est, l’œil de l’intelligence, le cerveau du monde, l’abrégé de l’univers, le commentaire de l’homme, l’humanité faite ville, Paris fournira matière aux recherches du philosophe, aux élucubrations du moraliste, aux charges bouffonnes du caricaturiste, aux portraits du peintre de genre, aux reproductions, aux copies, aux tableaux, aux daguerréotypes dans toutes les plus infinies variétés.[1] »

[1] E. Texier, Tableau de Paris. Vol.1/2, Paris, Paulin et Le Chevalier, 1852, p. I.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.