Ce qui s’appelle « tomber sur une pépite »

On ne sait jamais sur quoi on peut tomber lorsque l’on effectue des recherches. Ainsi, en cherchant une carte de Londres après le Grand Incendie de 1666 pour une préparation de cours, j’ai découvert totalement par hasard un site presque indescriptible. Je n’y ai (évidemment) pas trouvé cette fameuse carte que je recherchais mais un ensemble d’une soixantaine de plans et représentations de Paris au fil des siècles. Une véritable mine d’or pour ma thèse !

En me promenant sur ce fameux site, La Boîte Verte, je n’ai malheureusement pas découvert le nom de l’auteur, mais une description plutôt intéressante : site de découverte sur la photographie, le design, la technologie, la science. Considéré comme une sorte de « fourre-tout de l’esprit », ce site permet d’amusantes découvertes, par exemple les photographies de femmes avant et après le maquillage en 1928 ou encore les carnets de note d’Isaac Newton.

En près de 200 pages et 3000 articles environ, ce site nous permet de nous instruire tout en nous distrayant et fournit parfois des informations très intéressantes et inattendues.

Photographier la ville /1

Le XIXème siècle voit l’avènement de la photographie. Née en 1826 des travaux de Nicéphore Niepce[1], la photographie se perfectionne, s’améliore, donne de meilleurs performances au fil du siècle.

Elle remplace ainsi peu à peu les représentations d’artistes, les gravures, les peintures.

Utilisée entre autre pour diffuser l’image des Expositions Universelles successives, la photographie permet de transcrire et de transmettre fidèlement l’image de la ville.

Mais elle a également été utilisée par Charles Marville notamment, pendant les grands travaux du baron Haussmann. Ce travail de photographie systématique des lieux en sursis ou même en cours de démolition est un véritable documentaire sur l’état de la ville de Paris au début de la seconde moitié du siècle. Une ville aux rues étroites, sombres, sales, aux maisons délabrées dans les quartiers populaires.

La photographie permet de montrer l’état préexistant de la ville, les travaux, les transformations en cours et son état final.

Ce travail est un véritable archivage de la ville ancienne ayant traversé les siècles. De ses petites rues sombres décrites par Balzac, Zola ou Daudet.

Les photographies de la ville renouvelée, transfigurée[2] ont été diffusées largement et ont permis en grande partie la propagation du résultat des travaux urbains de grande ampleur du baron Haussmann et de se successeurs à l’échelle européenne.