Ce qui s’appelle « tomber sur une pépite »

On ne sait jamais sur quoi on peut tomber lorsque l’on effectue des recherches. Ainsi, en cherchant une carte de Londres après le Grand Incendie de 1666 pour une préparation de cours, j’ai découvert totalement par hasard un site presque indescriptible. Je n’y ai (évidemment) pas trouvé cette fameuse carte que je recherchais mais un ensemble d’une soixantaine de plans et représentations de Paris au fil des siècles. Une véritable mine d’or pour ma thèse !

En me promenant sur ce fameux site, La Boîte Verte, je n’ai malheureusement pas découvert le nom de l’auteur, mais une description plutôt intéressante : site de découverte sur la photographie, le design, la technologie, la science. Considéré comme une sorte de « fourre-tout de l’esprit », ce site permet d’amusantes découvertes, par exemple les photographies de femmes avant et après le maquillage en 1928 ou encore les carnets de note d’Isaac Newton.

En près de 200 pages et 3000 articles environ, ce site nous permet de nous instruire tout en nous distrayant et fournit parfois des informations très intéressantes et inattendues.

« Les expositions universelles à Paris 1867-1900 » et autres expositions virtuelles de la BNF

« Les expositions universelles à Paris 1867-1900 » et autres expositions virtuelles de la BNF

Cette exposition a été présentée au japon à l’occasion de l’exposition universelle puis à la Maison des Rencontres d’Arles en 2005[1].

Cinq expositions universelles se sont tenues à Paris au cours du XIXème siècle, en 1855, 1867[2], 1878[3], 1889 et 1900.

A partir de l’exposition de 1867, les photographies illustrent l’événement nous permettent de connaître encore de nos jours le faste de ces expositions.

« Les progrès réalisés par la photographie apparaissent très clairement. On passe des vues statiques, très cadrées, sans personnages (à cause du temps de pose) en 1867, à des vues plus animées (1878) »

 

La Bibliothèque Nationale de France organise ces expositions virtuelles en prolongement de ses grandes expositions. Sur le site des expositions virtuelles de la BNF[4] on trouve ainsi 60 expositions classées en 5 catégories :

– galerie du livre et de la littérature

– galerie d’histoire des représentations

– galerie des arts et de l’architecture

– galerie de photographie

– galerie des cartes et globes

Il existe également une bibliothèque « des livres à feuilleter » sur la même page.

Il est possible de cliquer sur chaque cliché pour l’afficher en taille plus importante et obtenir davantage d’informations (photographe, titre, description de la photographie, dimensions, type de photographie).

Ce site de la BNF permet à tout un chacun de visiter des expositions souvent prestigieuses, sans contrainte de temps ou de déplacement.

 


[1] http://expositions.bnf.fr/universelles/index.htm

[2] consulter aussi mes articles du 6 octobre 2013 http://villeroman.hypotheses.org/138 et du 2 octobre 2013 http://villeroman.hypotheses.org/130

[3] consulter aussi mon article du 29 octobre 2013 http://villeroman.hypotheses.org/164

[4] http://expositions.bnf.fr

Frise chronologique

Travailler sur la littérature française du XIXème siècle demande de connaître la chronologie de publication des différentes œuvres.

En effectuant des recherches sur internet j’ai pu utiliser un nouvel outil mis à la disposition de tous : « une frise chronologique de la littérature française du XIXème siècle et début du XXème siècle. »

En plus de montrer les œuvres littéraires de manière organisée et dynamique, cette frise permet également de télécharger gratuitement sous format pdf les nombreux textes présentés.

L’outil chronologique permet d’effectuer facilement et rapidement des comparaisons,  des recoupements entre plusieurs auteurs, de comprendre les mécanismes de succession d’une œuvre à une autre.

Personnellement, dans le cadre de mes recherches, j’avais déjà effectué un travail similaire traitant les œuvres que j’étudie. Mais cet outil, traitant une période allant de 1815 à 1930, permet d’avoir une vision d’ensemble sur un siècle important en terme de d’édition et de publication. La prise en main de l’outil est très rapide et intuitive, offrant à l’internaute ou au chercheur de nombreuses découvertes ou redécouvertes.

 

http://blog.feedbooks.com/fr/index.php/2013/08/17/timeline-domaine-public/

Paris littéraire

Travaillant sur la ville dans la littérature, et plus particulièrement dans le roman français du XIXème siècle, la question de la localisation des espaces et des lieux présentés dans les textes est omniprésente. Ces lieux sont-ils réels ? Ont ils existé avant d’être détruits (comme les Halles centrales[1], pilier du Ventre de Paris d’Emile Zola) ? Ou sont-ils totalement fantaisistes, sortis de l’imagination de l’auteur ?

Dans le cas de certains auteurs, la réponse est évidente : la Cathédrale Notre Dame de Paris existe bel et bien et Victor Hugo l’a « uniquement » mise en scène. Mais pour d’autres, l’impression de réel est habilement travaillée, et les lieux n’existent pas, ainsi le Bonheur des dames[2] du même Emile Zola n’a jamais existé. Il est certes fortement inspiré des grands magasins existants tels que le Bon Marché, mais il est de pure fiction. Le quartier cité et décrit par l’auteur est quant à lui bien réel, il est le cadre de l’installation de la fiction.

Ainsi, comme par exemple Oscar Méténier dans le Gorille, roman parisien[3], certains  utilisent des lieux comme décor de l’action du roman, sans leur donner de réelle importance. On retrouve ce cas de figure dans de nombreux romans de mœurs se déroulant à Paris et pour lesquels la ville n’est qu’un décor, un cadre.

Lors de mes recherches dans le but de créer mon corpus, je me suis attachée à différencier ces diverses manières de traiter ou d’utiliser la ville. Les ouvrages retenus appartiennent à la catégorie du Ventre de Paris et la ville y joue un rôle central.

En effectuant des recherches sur ces « villes littéraires » je suis arrivée sur le site des Bibliothèques de prêt de la Ville de Paris, qui consacre une page sur le Paris littéraire, des classiques géolocalisés à disposition du public[4].

Ce site permet de situer sur une carte de Paris des extraits de textes géolocalisés avec des liens qui permettent de télécharger les livres concernés gratuitement (dans le domaine public).

Cette carte est également disponible en plus grand format à l’adresse suivante : https://maps.google.com/maps/ms?msa=0&msid=207309058565291184245.0004c5b983daedf430e83&hl=fr&ie=UTF8&t=m&source=embed&ll=48.859294,2.322578&spn=0.10842,0.219727&z=12

 

Il existe une autre initiative relativement similaire, mais participative cette fois à l’échelle de la France sur le site : http://www.cartographie-litteraire.net/

Cette mise en espace cartographique de la littérature permet de situer et de spatialiser des villes et des espaces qui pourraient sembler lointains ou imaginaires, mais également de redécouvrir ses classiques et notamment les romans du XIXème siècle sous un angle nouveau.