L’art délicat de faire des choix

Mis en avant

Après une longue absence sur ce blog pour cause de manque de temps, entre mes recherches et deux emploi en simultané pour financer ces mêmes recherches, me voilà de retour. Ce début d’année, pour faire écho au billet consacré au bilan d’entrée en deuxième année de thèse, a été assez chargé. Entre la rédaction (ardue) de mon premier article pour une revue et de nombreuses propositions d’articles et de communications qui n’ont pas remporté un franc succès, j’ai pu consacrer d’avantage de temps à mes recherches.

Le temps filant à une allure folle, je me suis trouvée confrontée à l’art délicat de faire des choix, notamment bibliographiques. Il est impossible de tout lire, même si c’est très enrichissant. C’est peut-être pour moi une manière de repousser l’Échéance, la fameuse échéance, la rédaction de la thèse. Mais comment arrêter de lire ? Dans mon cas, les murs de mon bureau sont couverts de listes de titres, d’ouvrages, d’auteurs potentiellement intéressants pour un point ou un autre de mes recherches. Ça en devient presque compulsif, composer des listes, les compléter pour avoir l’infime bonheur de pouvoir barrer de temps en temps un titre, et avoir l’impression d’avoir avancé d’une marche dans les recherches. Mais ces listes interminables sont comme un escalier sans fin.

Arbitrairement je me suis donc fixé une limite, quitte à la franchir à quelques exceptions ou à compléter ma bibliographie le cas échéant, en me trouvant confrontée à une thématique précise au moment de la rédaction. Je ne sais pas si ce choix est le bon, mais j’ai l’impression que si je continuai à lire et à lire,  je ne verrai jamais le bout de ma thèse. J’ai rassemblé sur une seule liste (décidément, cette manie ne me quitte pas, mais il est vrai que les listes sont une sorte de rituel pour moi, en toute occasion) les ouvrages qui me paraissent essentiel en ce moment, les incontournables afin de me faire une idée précise du travail me restant à accomplir. Cela est vrai pour les ouvrages généraux ou traitants d’un sujet précis, mais également pour les romans qui constituent mon corpus d’étude, la matière première de mon travail.

En plus des listes (qui me sont si chères) je ne me lasse pas de créer des frises chronologiques : frise de corpus, frise du contexte historique, frise du contexte politique, … Pour l’instant ces frises m’ont énormément aidée à avoir une vue d’ensemble sur mon corpus afin de créer des liens, des groupes de romans traitant globalement d’un même sujet, … J’espère que je pourrais tirer de tout cela une matière exploitable dans la suite de mon travail.

Je sais que le travail de la thèse passe parfois par un sentiment de dispersion totale, une impression de vide au milieu du chaos de nos idées confuses. Ce chaos peut être créatif et fructueux, s’il est utilisé de manière réfléchie au bon moment. Tel est mon sentiment en cette période cruciale de choix et de décisions. Les choix que je fais ne sont peut-être pas si arbitraires que cela, car à en croire mon directeur de thèse, il y a une logique dans ce que je fais, même si je ne l’ai pas forcément encore perçue.

Un livre sur Georges Eugène Haussmann

 

97823300180099782330018009_4decouv

Après sa sortie en 2002 sous le titre Haussmann au crible, puis en 2009 sous le titre Haussmann, Georges Eugène, Préfet-baron de la Seine, Actes Sud reprend cette année cet ouvrage en format poche.

Cet ouvrage est en fait une biographie très précise et très bien documentée de celui à qui l’on doit en partie les grands travaux de la ville de Paris au XIXème siècle.

Un article bien écrit présentant le livre, je me permets de mettre son lien, plutôt que de répéter les propos de l’auteur : http://www.latribunedelart.com/haussmann-georges-eugene-prefet-baron-de-la-seine

 

Nicolas Chaudun

Haussmann, Georges Eugène, préfet-baron de la Seine

Editions Actes Sud, collection Babel, paru en avril 2013

ISBN 978-2-330-01800-9