Le Paris Guide

Paris, Exposition universelle de 1867.

Egalement appelée Exposition universelle d’art et d’industrie, elle s’est tenue du 1er avril au 3 novembre 1867.

Exposition universelle 1867

Installée sur le Champ de Mars, «elle était abritée par une immense structure métallique en forme d’ellipse d’une superficie de 18 hectares, à l’intérieur de laquelle était abritée une série de halls concentriques. Au centre se dressait la galerie des machines»[1].

C’est d’ailleurs à partir de 1867 que se développe ce qu’on appelle depuis des « architectures d’exposition ».

 

Victor Hugo, toujours en exil, rédige en 1867 l’introduction d’un Paris Guide en l’honneur de l’Exposition Universelle. Dans ce texte intitulé « Paris », il envisage le futur et imagine le monde du XXème siècle. 125 des plus prestigieux auteurs français écrivent pour l’occasion. La seule condition pour figurer dans cet ouvrage était d’aimer Paris[2].

C’est sous l’impulsion de l’éditeur A. Lacroix que ce Paris Guide exceptionnel est créé. Cet ouvrage unique est signé  par les plus grands écrivains et artistes du temps.

« L’Introduction explique l’intention de ce livre, affirmation du progrès, monument hospitalier offert au génie des autres peuples par les principaux écrivains de la France, encyclopédie vivante, Exposition universelle des intelligences, et, en même temps, guide familier, pratique du promeneur dans Paris.

Nous avons voulu que la gloire nationale fût attestée par ceux qui en sont les instruments et les garants ; mais nous n’avons pas oublié que la gloire n’a toute sa légitimité qu’à la condition de se rendre utile à tous. Voilà pourquoi, à la suite de pages savantes ou brillantes sur les œuvres, sur les institutions, sur les monuments, sur la vie de Paris, nous avons condensé dans des notes substantielles tout ce qui est indispensable au voyageur, à l’étranger, pour se reconnaître dans cette patrie du monde et pour s’y acclimater.

Nous avons cherché la collaboration de tous les écrivains illustres ; les noms qui nous manquent trouveront leur place dans des éditions ultérieures. Ne posant aucune règle que celle d’aimer Paris et de servir la cause du progrès, c’est à dire la cause de la liberté, nous avons respecté dans leurs nuances les opinions individuelles. Nul, dans ce livre, n’est forcément solidaire de celui qui le précède ou de celui qui le suit. Le but seul est commun ; les efforts peuvent être différents. L’harmonie est résultée de cette liberté ; car la liberté réconcilie beaucoup plus qu’elle ne divise ; et le lecteur verra que ce livre écrit par cent vingt-cinq personnes a une unité parfaite, un ensemble admirable[3]».

Véritable catalogue, parfois enrichi d’illustrations, le Paris Guide permet de se promener dans la ville et les installations éphémères de l’Exposition.

 

Liens Gallica

Paris Guide volume 1 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k200159t

Paris Guide volume 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k200160r


[1] Evenson (Norma), Paris, Les Héritiers d’Haussmann. Grenoble / Paris: Presses Universitaires de Grenoble / Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts, 1983.

[2] Agulhon (Maurice), La Ville de L’âge Industriel, Le Cycle Haussmannien, Points, Paris: du Seuil, 1998.

[3] Paris Guide Par Les Principaux Écrivains et Artistes de La France, vol. 1. Paris: A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie, 1867, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k200159t.

Paris littéraire

Travaillant sur la ville dans la littérature, et plus particulièrement dans le roman français du XIXème siècle, la question de la localisation des espaces et des lieux présentés dans les textes est omniprésente. Ces lieux sont-ils réels ? Ont ils existé avant d’être détruits (comme les Halles centrales[1], pilier du Ventre de Paris d’Emile Zola) ? Ou sont-ils totalement fantaisistes, sortis de l’imagination de l’auteur ?

Dans le cas de certains auteurs, la réponse est évidente : la Cathédrale Notre Dame de Paris existe bel et bien et Victor Hugo l’a « uniquement » mise en scène. Mais pour d’autres, l’impression de réel est habilement travaillée, et les lieux n’existent pas, ainsi le Bonheur des dames[2] du même Emile Zola n’a jamais existé. Il est certes fortement inspiré des grands magasins existants tels que le Bon Marché, mais il est de pure fiction. Le quartier cité et décrit par l’auteur est quant à lui bien réel, il est le cadre de l’installation de la fiction.

Ainsi, comme par exemple Oscar Méténier dans le Gorille, roman parisien[3], certains  utilisent des lieux comme décor de l’action du roman, sans leur donner de réelle importance. On retrouve ce cas de figure dans de nombreux romans de mœurs se déroulant à Paris et pour lesquels la ville n’est qu’un décor, un cadre.

Lors de mes recherches dans le but de créer mon corpus, je me suis attachée à différencier ces diverses manières de traiter ou d’utiliser la ville. Les ouvrages retenus appartiennent à la catégorie du Ventre de Paris et la ville y joue un rôle central.

En effectuant des recherches sur ces « villes littéraires » je suis arrivée sur le site des Bibliothèques de prêt de la Ville de Paris, qui consacre une page sur le Paris littéraire, des classiques géolocalisés à disposition du public[4].

Ce site permet de situer sur une carte de Paris des extraits de textes géolocalisés avec des liens qui permettent de télécharger les livres concernés gratuitement (dans le domaine public).

Cette carte est également disponible en plus grand format à l’adresse suivante : https://maps.google.com/maps/ms?msa=0&msid=207309058565291184245.0004c5b983daedf430e83&hl=fr&ie=UTF8&t=m&source=embed&ll=48.859294,2.322578&spn=0.10842,0.219727&z=12

 

Il existe une autre initiative relativement similaire, mais participative cette fois à l’échelle de la France sur le site : http://www.cartographie-litteraire.net/

Cette mise en espace cartographique de la littérature permet de situer et de spatialiser des villes et des espaces qui pourraient sembler lointains ou imaginaires, mais également de redécouvrir ses classiques et notamment les romans du XIXème siècle sous un angle nouveau.