Comme dirait mon directeur de thèse…

Comme dirait mon directeur de thèse… Il va bien falloir me lancer dans la recherche du PLAN.

Après avoir passé près d’une année à composer on corpus d’étude, à lire des romans à la pelle, à faire des sélections, à les retoucher, à les supprimer, à recommencer, bref à avancer en tournant en rond, il faut que je m’attaque au point le plus crucial de ma thèse : la composition du plan.

Enfin, ajoute-t-il pour me rassurer, d’un plan de départ, qui sera de toute manière chamboulé, un plan non-définitif donc. Très bien, même si je ne suis pas convaincue d’être rassurée.

Un plan, bien, mais comment le composer, comment créer des parties, des sous parties, des sous sous parties à partir de pas grand-chose, voilà donc mon nouvel objectif, que j’essaye bravement d’atteindre. Une page blanche, un stylo et le blocage, l’angoisse de cette page toujours blanche puis noire au fil des jours à force de raturer mes pauvres ébauches.

Un plan, puis deux, puis trois, puis j’arrête de compter, et enfin une ébauche qui me paraît viable, en attendant de revoir mon directeur. Un pan de mystère qui tombe, et la rédaction qui commence à s’approcher, sans me faire autant angoisser qu’avant.

Finalement, cette réflexion sur le plan, si douloureuse, est une bonne préparation à la rédaction. Il m’apparaît beaucoup plus facile de commencer à écrire quelque chose maintenant que je sais à peu près où le placer, comment l’articuler (ce qui ne m’empêchera sûrement pas de déplacer des pans entiers de texte plus tard, de supprimer telle partie, telle sous sous partie).

Le plan, ce fameux mot redouté de tant de doctorants, à cause de son aspect redondant, rebutant, obligatoire et pourtant si utile.

J’attends avec un peu d’appréhension la prochaine rencontre avec mon directeur, qui va déterminer la viabilité de ce plan provisoire qui m’a fait retrouver tant d’espoirs, mais j’ai moins peur de devoir le retravailler puisque je sais que c’est une étape nécessaire et fortement stimulante pour démarrer la rédaction, prochaine étape cruciale de ce parcours.

 

L’art délicat de faire des choix

Mis en avant

Après une longue absence sur ce blog pour cause de manque de temps, entre mes recherches et deux emploi en simultané pour financer ces mêmes recherches, me voilà de retour. Ce début d’année, pour faire écho au billet consacré au bilan d’entrée en deuxième année de thèse, a été assez chargé. Entre la rédaction (ardue) de mon premier article pour une revue et de nombreuses propositions d’articles et de communications qui n’ont pas remporté un franc succès, j’ai pu consacrer d’avantage de temps à mes recherches.

Le temps filant à une allure folle, je me suis trouvée confrontée à l’art délicat de faire des choix, notamment bibliographiques. Il est impossible de tout lire, même si c’est très enrichissant. C’est peut-être pour moi une manière de repousser l’Échéance, la fameuse échéance, la rédaction de la thèse. Mais comment arrêter de lire ? Dans mon cas, les murs de mon bureau sont couverts de listes de titres, d’ouvrages, d’auteurs potentiellement intéressants pour un point ou un autre de mes recherches. Ça en devient presque compulsif, composer des listes, les compléter pour avoir l’infime bonheur de pouvoir barrer de temps en temps un titre, et avoir l’impression d’avoir avancé d’une marche dans les recherches. Mais ces listes interminables sont comme un escalier sans fin.

Arbitrairement je me suis donc fixé une limite, quitte à la franchir à quelques exceptions ou à compléter ma bibliographie le cas échéant, en me trouvant confrontée à une thématique précise au moment de la rédaction. Je ne sais pas si ce choix est le bon, mais j’ai l’impression que si je continuai à lire et à lire,  je ne verrai jamais le bout de ma thèse. J’ai rassemblé sur une seule liste (décidément, cette manie ne me quitte pas, mais il est vrai que les listes sont une sorte de rituel pour moi, en toute occasion) les ouvrages qui me paraissent essentiel en ce moment, les incontournables afin de me faire une idée précise du travail me restant à accomplir. Cela est vrai pour les ouvrages généraux ou traitants d’un sujet précis, mais également pour les romans qui constituent mon corpus d’étude, la matière première de mon travail.

En plus des listes (qui me sont si chères) je ne me lasse pas de créer des frises chronologiques : frise de corpus, frise du contexte historique, frise du contexte politique, … Pour l’instant ces frises m’ont énormément aidée à avoir une vue d’ensemble sur mon corpus afin de créer des liens, des groupes de romans traitant globalement d’un même sujet, … J’espère que je pourrais tirer de tout cela une matière exploitable dans la suite de mon travail.

Je sais que le travail de la thèse passe parfois par un sentiment de dispersion totale, une impression de vide au milieu du chaos de nos idées confuses. Ce chaos peut être créatif et fructueux, s’il est utilisé de manière réfléchie au bon moment. Tel est mon sentiment en cette période cruciale de choix et de décisions. Les choix que je fais ne sont peut-être pas si arbitraires que cela, car à en croire mon directeur de thèse, il y a une logique dans ce que je fais, même si je ne l’ai pas forcément encore perçue.

Bilan d’entrée en 2ème année de thèse

Aujourd’hui je vous propose un article différent des autres. Au lieu de vous présenter des découvertes faites au cours de mes recherches, je vais vous faire partager mon bilan d’entrée en 2ème année de doctorat. J’ai encore du mal à réaliser que j’en suis déjà arrivée à cette étape.

Après un grand travail de « défrichage » de documents l’année dernière, un été à lire (un peu), à réfléchir (énormément), je me retrouve dans le bureau de mon directeur de thèse pour faire un bilan de rentrée.

Cette réunion est essentielle pour moi, parce qu’elle me permet de travailler sur des bases saines, d’éviter de partir bille en tête sur des pistes trop éloignées de mon sujet de recherche, qui ne me feraient que perdre du temps. Après une bonne heure et demie de discussion, nous voilà arrivés à la question fatidique du planning.

Cette seconde année va encore être riche en découvertes et en apprentissage. Je vais devoir apprendre à rédiger de manière universitaire, trouver mon rythme, étoffer mon corpus de manière ciblée (les romans au XIXème siècle se comptent par milliers), esquisser un PLAN DE THESE (!), continuer mes recherches, et, éventuellement commencer à rédiger (si je me sens à l’aise avec l’écriture, n’étant pas issue de l’université, mais d’une école d’architecture où l’on apprend à dessiner, à visualiser l’espace mais pas à écrire).

Mon programme de 2ème année s’organise autour de plusieurs grands thèmes :

  • rechercher : recherche de corpus, de romans, de littérature annexe, de bibliographie, d’iconographie, ….
  • m’organiser : après avoir abordé la première année de manière assez « artisanale », j’ai (enfin) abandonné la prise de notes manuscrite au profit de la prise de notes informatique me permettant d’interroger efficacement et rapidement ma base de données (entre autres choses). En ce moment, les fiches thématiques, les résumés; les notices se comptent par dizaines sur ma liste de choses à faire.
  • écrire et communiquer : dans un premier temps alimenter régulièrement ce carnet de recherche qui a été peu utilisé l’année dernière et  presque laissé à l’abandon cet été.
  • répondre à des appels à articles et à conférence (qui pour l’instant sont restés infructueux, la faute à mon écriture non-universitaire, au choix du sujet de ma réponse ou au trop grand nombre de candidats ?)
  • esquisser mon plan de thèse
  • commencer à esquisser la rédaction de certaines parties de ma thèse
  • travailler  : parce que les sciences humaines et sociales sont passionnantes mais les recherches rarement financées, la nécessité de trouver un job s’est rapidement imposée à moi. Il faut donc que j’apprenne à cloisonner mon temps entre mon job de monitrice assistante-bibliothécaire et mon travail de thèse.

 

En conclusion, cette 2ème année s’annonce très intense, enrichissante, et pleine de découvertes.