Alphonse Daudet et Paris

Mis en avant

Alphonse Daudet, loin d’être uniquement un auteur provincial et provençal est également un parisien[1].

Débarquant à Paris pour vivre avec son frère Ernest en 1857, le jeune Alphonse se heurte à un véritable choc culturel. Amené à fréquenter peu à peu les cercles littéraires, il fera partie du « dîner des sifflés » (aussi appelé « dîner Flaubert ») avec les frères Goncourt, Ivan Tourgueniev, Gustave Flaubert, Emile Zola.

Ce choc transparaît dans ses romans. La grande ville y apparaît sale, froide, humide. Le gaz et les réverbères sont souvent des éléments à part entière du décor, comme si la ville mise en lumière nous offrait littéralement son vrai visage.

« Sitôt la grille franchie, on mettait le pied dans cette boue noire, infecte, indestructible, que les démolitions et les constructions récentes déversent autour d’elles, une boue de terrain vague. Le ruisseau au milieu du passage, le réverbère coupant l’espace; et de chaque côté; des garnis borgnes; des bâtisses complétées de vieilles planches, vous reportaient à quarante ans en arrière et à l’autre bout de Paris; vers la Chapelle ou Ménilmontant[2]. »

L’absence d’illustrations de romans tels que Jack, Sapho, ou encore du roman autobiographique Trente ans de Paris permet à chaque lecteur de se représenter sa propre vision, ses propres images de la ville de Paris au cours de la seconde moitié du XIXème siècle.

Jack, roman écrit en 1858 pendant les grands travaux entrepris par Napoléon III et le baron Haussmann nous donne des indices et contient des références à ces travaux. Les cloaques persistant à quelques mètres à peine des nouvelles avenues rectilignes, propres, de cet urbanisme de façade, sont décrits dans toute leur horreur.

« A côté des grands hôtels ornant les angles arrondis de glaces sans tain (…) ce sont des logements d’ouvriers, des masures où retentissent les marteaux des charrons et des maréchaux ferrants. Il y a là tout un reste de faubourg que les violons de Mabille animent le soir d’un riche bruit de guinguette. A cette époque on voyait même dans l’avenue deux ou trois passages sordides, vieux souvenir de l’ancienne Allée des Veuves et dont l’aspect misérable faisait un singulier contraste avec les splendeurs environnantes[3]. »

Sapho publié en 1884 permet de se concentrer plutôt sur la vie quotidienne et sur les conditions de logement de la classe moyenne :

« L’appartement de la rue d’Amsterdam fut loué tout de suite et trouvé charmant, malgré ses pièces en enfilade qui ouvraient, la cuisine et la salle sur une arrière cour moisie d’où montaient d’une taverne anglaise des odeurs de rinçure et de chlore, la chambre sur la rue en pente et bruyante, secouée jour et nuit aux cahots des fourgons, camions, fiacres, omnibus, aux sifflets d’arrivée et de départ, tout le vacarme de la gare de l’ouest développant en face ses toitures en vitrage couleur d’eau sale. L’avantage c’était de savoir le train à sa porte, et Saint Cloud, Ville d’Avray, Saint Germain, les vertes stations des bords de la Seine presque sous leur terrasse. Car ils avaient une terrasse, large et commode, qui gardait de la munificence des anciens locataires une tente de zinc peinte en coutil rayé[4]. »

Ainsi Alphonse Daudet, ce « provincial » nous fait partager à travers ses romans une vision de Paris totalement différente de celle d’un Emile Zola par exemple.

Son regard et sa plume s’attachent à des détails singuliers, remarquables pour un provincial du XIXème siècle, faisant au contraire partie intégrante du paysage pour les parisiens qui passent et ne s’attardent pas à observer l’état du sol ou la saleté d’une ruelle.

 

 

Liens Gallica :

Jack volume 1 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58045850.r=jack+alphonse+daudet.langFR

Jack volume 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61029962.r=jack+alphonse+daudet.langFR

Sapho : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k81102t.r=sapho+alphonse+daudet.langFR

Trente ans de Paris : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k201356k.r=trente+ans+de+paris.langFR


[1] Voir mon article “Les Daudet” du 17 juin 2013 http://villeroman.hypotheses.org/54

[2] Alphonse Daudet, Jack, volume 1, page 31

[3] Alphonse Daudet, Jack, volume 1, pages 30-31

[4] Alphonse Daudet, Sapho, pages 45-46

Les Daudet

Récemment, un peu par hasard j’ai lu l’ouvrage de Stéphane Giocanti C’était les Daudet[1]. Je dis, par hasard, parce que pour moi comme pour la majorité des lecteurs, le nom de Daudet est un raccourci pour celui d’Alphonse Daudet (1840-1897), auteur des fameuses Lettres de mon moulin en 1869[2].

Cette erreur, commune, met dans l’ombre le reste de la famille Daudet : Ernest (1837-1921), grand frère d’Alphonse, Julia (1844-1940) femme et fidèle soutien d’Alphonse tout au long de sa carrière, ainsi que Léon (1867-1942) et Lucien (1878-1946) leurs deux fils.

Etant en pleine réflexion sur la composition de mon corpus bibliographique, le nom de Daudet m’a intriguée. Dans la mémoire collective, Alphonse Daudet est un écrivain provençal, défenseur de ses traditions et de ses lettres, au même titre que Frédéric Mistral. Or, Alphonse, loin de rester cantonné toute sa vie dans sa Provence natale, a vécu la majorité de sa vie à Paris, fréquentant les salons et les milieux artistiques et littéraires.

Alphonse et Julia, étaient d’ailleurs de proches amis d’auteurs illustres tels que Emile Zola, Edmond Goncourt, Gustave Flaubert, … Leurs fils, évoluant dans le même milieu ont commencé par suivre les traces de leurs illustres parents avant de trouver leurs propres voies, Léon en tant que patriote engagé et défenseur littéraire de la nation, Lucien d’abord en tant qu’auteur, puis peintre, et enfin ami des artistes.

Ernest, a connu une grande carrière de journaliste et d’écrivain et son nom est aussi illustre que celui de Michelet.

Julia, épouse, mais également collaboratrice d’Alphonse, a publié de très bons ouvrages et articles, sous son nom mais également sous pseudonyme.

 

Ce livre de Stéphane Giocanti m’a permis de connaître l’histoire étonnante d’une famille qui a traversé le XIXème et le XXème siècle, évoluant, rencontrant de nouvelles personnalités, mais dont le sens artistique n’a jamais fait défaut. L’auteur cite d’ailleurs la romancière Rachilde[3] : nous comptons, si je sais compter sur mes doigts, cinq Daudet qui ont tous du talent comme un seul Alphonse Daudet et cela me semble vraiment extraordinaire. Dans la famille Daudet, tout le monde cherche à l’effacer, sans le vouloir d’ailleurs, tellement chacun a pris a cœur de faire la contraire ou autre chose que lui. Ernest est plus grave, Léon est moins tendre, quant à Lucien, le dernier, il est plus mystérieux. »

Je crois que c’est cela qui m’attire finalement vers la famille Daudet, tous ses membres (ou presque, à quelques exceptions près) ont connu une vie littéraire et artistique riche, sans jamais éclipser l’un ou l’autre. Chacun d’entre eux a trouvé sa place et sa propre histoire à écrire. Cette dynastie d’auteur ne s’est pas arrêtée à la mort d’Alphonse, elle a trouvé un nouveau souffle et a renouvelé sa plume.

Contrairement à la pensée générale, et à l’idée que je me faisais d’Alphonse Daudet avant la lecture de cet ouvrage, je l’avoue volontiers, la vie et l’œuvre de la famille est très parisienne. Et l’œuvre d’Alphonse a impressionné son grand ami Emile Zola qui ne trait pas d’éloges à son propos. Il est même lu par Charles Dickens, son modèle anglais qui lui écrit : « un petit frère m’est né en France. »


[1] Giocanti Stéphane, C’était les Daudet, Editions Flammarion, Paris, 2013, 397 pages. ISBN : 978-2-0812-7228-6

[2] voir aussi mon compte rendu de lecture : Noémie Boeglin, « Stéphane Giocanti, C’était les Daudet », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 16 juin 2013. URL : http://lectures.revues.org/11704

[3] Marguerite Eymery, Mme Alfred Valette, dite Rachilde (1860-1953), auteur français.