« On ne voit jamais Paris pour la première fois, on le revoit »

Edmondo de Amicis[1] publie en 1880 un ouvrage intitulé Souvenirs de Paris et de Londres, dans lequel il raconte son voyage à Paris en 1878 afin de visiter l’Exposition Universelle.

Le 28 juin 1878, il arrive à Paris avec son ami Giacosa. « Nous descendîmes à la gare de Lyon, à huit heures du matin, par un temps superbe.[2] » Tous deux ont pour projet de visiter l’Exposition Universelle. Celle-ci,  « peu connue, assure la transition entre les fastes de l’Empire libéral et le triomphalisme républicain qui éclata en 1889 et 1900 »,  selon la Bibliothèque Nationale de France[3]. Le premier chapitre de cet ouvrage intitulé sobrement Le premier jour à Paris, comprenant une trentaine de pages, décrit au lecteur le parcours effectué dans la ville par les deux amis et les nombreuses curiosités rencontrées. Ainsi, « avant d’être conduit à l’Exposition, il faut que le lecteur entre avec nous dans Paris ; nous donnerons ensemble un coup d’œil à la salle avant de nous tourner vers la scène. » Paris est une ville mouvante, dans laquelle l’auteur et son ami ne trouveront « pas un moment de repos, ni pour l’oreille, ni pour l’œil, ni pour la pensée. » Partout ils seront attirés par le faste, les vitrines ; les rues les happent, les entraînent dans une déambulation à travers la ville.

Paris : une ville neuve

«  Ici, Paris commence à apparaître. La large voie, la double rangée d’arbres, les maisons gaies, tout est clair et frais, et a l’air jeune. On reconnaît au premier coup d’œil mille petits raffinements de commodité et d’élégance. »

Effectivement tout à l’air jeune, et pour cause, les grands travaux de Paris, débutés sous le Second Empire par Napoléon III et le baron Haussmann viennent à peine d’être achevés (la majorité des travaux se déroula entre 1852 et 1870), certains sont encore en cours de réalisation. La ville est jeune, propre, claire, les immeubles sont neufs et affichent fièrement leurs « façades de pierre blanche » comme le dira plus tard Émile Zola à de nombreuses reprises dans ses romans.

« Il est prodigieux de voir cette ville (…), redevenue au bout de sept ans si brillante, si superbe, si pleine de vie. (…) On était parti pour l’Exposition c’était le but, l’affaire principale. A peine est-on arrivé que cela devient la moindre. Paris, qui l’a faite, l’écrase. »

Paris montre son faste à la foule. La ville a fait peau neuve, elle s’expose en même temps que l’Exposition.

Une architecture renouvelée 

Les travaux entrepris sous le Second Empire ont eu pour effet le plus visible de réorganiser totalement le réseau viaire et de repenser et redessiner les grands boulevards[4].

« Ici la voie s’élargit encore, les maisons s’élèvent, les rues latérales s’allongent. La majesté de Paris commence à paraître. A mesure qu’on avance, tout s’embellit et grandit. »

Les boulevards possèdent une architecture particulière que l’on nommerait de nos jours l’architecture haussmannienne. De plus, on peut noter l’apparition de toute une gamme de mobilier urbain[5], et parmi celui-ci de nombreux kiosques.

« Les kiosques bariolés deviennent plus nombreux, les boutiques plus riches, les cafés plus pompeux. »

Ce mobilier nouveau vient renouveler les larges trottoirs. Il est essentiellement l’œuvre de l’architecte Gabriel Davioud, collaborateur du baron Haussmann. La végétation occupe également une grande importance dans ce nouveau Paris. « Divisée en trois parties par deux énormes bandes de verdure qui la remplissent d’ombre et de fraîcheur. » Ainsi ce sont des milliers d’arbres qui sont plantés, non seulement dans les squares, les parcs et les bois, mais aussi sur les boulevards.

L’architecture des immeubles est par ailleurs elle aussi novatrice : « Tout est ouvert, transparent, exposé aux regards. » Le verre et le fer font leur apparition et ne sont plus seulement utilisés dans la construction de halls d’exposition, d’usines et de serres. Ils entrent dans la vie courante.

« Nous arrivons au boulevard Bonne Nouvelle, là le fourmillement, le murmure, le fracas s’accroissent encore, et aussi la pompe des grands magasins, qui étalent sur la rue leurs vitrines énormes. »

La ville a désormais pour Edmondo de Amicis une nouvelle dimension et une nouvelle identité. « Il ne semble pas qu’on passe dans un lieu public, tout est clair, brillant et pompeux. »

L’immensité de la ville

« On devine, on sent, on respire (…) l’immensité de Paris. »

En 1860, la ville de Paris s’agrandit en annexant des communes périphériques. Ses limites sont repoussées jusqu’aux fortifications de Thiers. Afin de mieux saisir cette nouvelle dimension urbaine, Edmondo de Amicis et son ami Giacosa décident de monter sur l’une des tours de Notre Dame (alors l’un des points les plus hauts de la ville) pour la voir d’au-dessus. Tel Quasimodo, ils dominent la ville et la comparent même à un monstre.

« Paris remplit l’horizon, et il semble qu’il veuille couvrir toute la terre avec les énormes ondes grises et immobiles de ses toits et de ses murs. (…) La Seine brillait comme une écharpe d’argent d’un bout à l’autre de Paris, rayée de noir par ses trente ponts. (…) Çà et là, les grandes taches vertes des cimetières, des jardins et des parcs, îles vertes de cet océan. Bien loin à l’horizon (…) les contours incertains de vastes faubourgs fumants. (…) A trois milles de vous, les architectures colossales et transparentes du Champ de Mars. »

C’est d’ailleurs là l’une des seules allusions à l’Exposition dans ce premier chapitre.

De retour au niveau du sol, les deux compères poursuivent leurs pérégrinations à travers la ville et sont toujours autant étonnés.

« Ici est la pompe suprême; c’est la métropole des métropoles. (…) Ici, la rue devient place, le trottoir devient rue, la boutique devient musée. »

Les mouvements urbains

Ce qui impressionne particulièrement Edmondo de Amicis et qu’il note à plusieurs reprises dans ce chapitre ce sont les flots de voitures circulant sur les grands boulevards parfois à plusieurs files de front.

« Entre les deux rangées d’arbres, il y a une cohue de voitures, de camions, d’omnibus traînés par des machines à vapeur, d’autres omnibus très hauts, chargés de voyageurs, qui roulent en cahotant sur le sol inégal avec un fracas assourdissant. »

Cette marée incessante de véhicules de toute sorte produit toutefois « un mouvement différent de celui de Londres ». La ville devient mouvement, mouvements de machines et mouvements humains s’y mêlent, s’entremêlent. La circulation est totalement anarchique. Il n’existe pas encore de code de la route, et au fil des années, il deviendra très dangereux de se déplacer, particulièrement pour les piétons, avec la multiplication des véhicules et l’augmentation de leurs vitesse. Les piétons se débrouillent comme ils le peuvent et prennent parfois des risques inconsidérés à seule fin de traverser la rue.

« Des flots de gens traversent le boulevard, au risque d’y laisser leurs os, se pressent sur les trottoirs, assaillent les kiosques, d’où se répandent des myriades de journaux, se disputent les chaises devant les cafés et regorgent à l’entrée des rues. »

Les larges trottoirs des boulevards remplissent totalement la fonction de permettre aux piétons de déambuler, de se promener en toute sécurité, même s’ils sont envahis peu à peu par les innombrables kiosques de toute sorte.

La foule a envahi la ville. « Les chevaux passent par bataillons, et la foule par torrents. » On compte près de 16 millions de visiteurs durant les six mois que durèrent l’exposition[6]. Eduardo de Amicis le remarque et note que la circulation est très dense, nous dirions aujourd’hui qu’il y a des bouchons, les véhicules avancent au pas, les piétons semblent pressés.

« Le mouvement est beaucoup plus considérable qu’en temps ordinaire. Notre voiture est obligée de s’arrêter à chaque instant pour attendre que la file qui la précède se mette en marche. Les omnibus de toutes formes, qui ont l’air de maisons ambulantes, semblent se poursuivre. Les gens se croisent en courant dans toutes les directions. »

Importance de la lumière électrique

Edmondo de Amicis et Giacosa retournent sans relâche se promener sur les boulevards « attirés, sans nous en apercevoir, comme le papillon par la lumière. »

La lumière, c’est la troisième figure récurrente dans ce premier chapitre avec l’urbanisme et le mouvement. L’éclairage électrique est attesté depuis 1865[7].

Dans la dernière partie de ce chapitre, l’auteur insiste sur son émerveillement causé par les lumières électriques : « les premières lumières s’allument » puis « c’est là vraiment le moment où la grande ville s’empare de vous et vous subjugue. »

La ville prend un second visage sous l’influence de la fée électricité, « il n’y a pas trace d’ombre », « vous marchez, toujours au milieu d’une incendie. » Tout est « blanchi par un torrent de lumière électrique. »

La nuit de Paris offre une seconde vie pour la population. Les promenades sont toujours une occupation possible puisque « on dirait qu’il fait jour de nouveau. » Mais c’est loin d’être la seule : les bals, les fêtes, les théâtres sont autant de destinations de choix pour qui veut vivre la nuit parisienne. Tout est éclairé, les trottoirs, les rues, les cafés, les magasins, les promenades.

Fatigués par cette journée d’exploration de la grande ville, Giacosa implore son ami d’aller se coucher.

Celui ci est émerveillé par Paris, même si selon lui : « on ne voit jamais Paris pour la première fois, on le revoit. Il ne rappelle aucune ville italienne pourtant il ne nous semble pas étranger, tant nous y retrouvons les réminiscences de notre vie intellectuelle. »


[1] 1846-1908, Ecrivain, journaliste et pédagogue italien

[2] Toutes les citations suivantes, sauf mention contraire sont issues de l’ouvrage Souvenirs de Paris et de Londres (1880), Edmondo de Amicis. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k42517c

[3] Catalogue photographique virtuel des expositions de 1867, 1878, 1889 et 1900. http://expositions.bnf.fr/universelles/bande/index3.html

[4] Boulevard : promenade plantée d’arbres autour d’une ville sur l’emplacement d’anciens remparts (1803).  Par extension, le mot désigne une large voie urbaine, souvent plantée d’arbres. A Paris les boulevards s’applique spécialement à ceux qui sont situés entre la Madeleine et la Bastille, très fréquentés par les artistes et coeur de la vie sociale au XIXème siècle. On dit aussi les grands boulevards depuis 1818. Définition issue du Dictionnaire Historique de la langue française d’Alain Rey.

[5] On ne connaissait pas encore cette expression à l’époque. Elle est apparue vers 1980. Définition issue du Dictionnaire Historique de la langue française d’Alain Rey.

[6] http://www.expositions-universelles.fr/1878-exposition-universelle-paris.html

[7] Voir la definition du mot éclairage dans le Dictionnaire Historique de la langue française d’Alain Rey.

Bilan d’entrée en 2ème année de thèse

Aujourd’hui je vous propose un article différent des autres. Au lieu de vous présenter des découvertes faites au cours de mes recherches, je vais vous faire partager mon bilan d’entrée en 2ème année de doctorat. J’ai encore du mal à réaliser que j’en suis déjà arrivée à cette étape.

Après un grand travail de « défrichage » de documents l’année dernière, un été à lire (un peu), à réfléchir (énormément), je me retrouve dans le bureau de mon directeur de thèse pour faire un bilan de rentrée.

Cette réunion est essentielle pour moi, parce qu’elle me permet de travailler sur des bases saines, d’éviter de partir bille en tête sur des pistes trop éloignées de mon sujet de recherche, qui ne me feraient que perdre du temps. Après une bonne heure et demie de discussion, nous voilà arrivés à la question fatidique du planning.

Cette seconde année va encore être riche en découvertes et en apprentissage. Je vais devoir apprendre à rédiger de manière universitaire, trouver mon rythme, étoffer mon corpus de manière ciblée (les romans au XIXème siècle se comptent par milliers), esquisser un PLAN DE THESE (!), continuer mes recherches, et, éventuellement commencer à rédiger (si je me sens à l’aise avec l’écriture, n’étant pas issue de l’université, mais d’une école d’architecture où l’on apprend à dessiner, à visualiser l’espace mais pas à écrire).

Mon programme de 2ème année s’organise autour de plusieurs grands thèmes :

  • rechercher : recherche de corpus, de romans, de littérature annexe, de bibliographie, d’iconographie, ….
  • m’organiser : après avoir abordé la première année de manière assez « artisanale », j’ai (enfin) abandonné la prise de notes manuscrite au profit de la prise de notes informatique me permettant d’interroger efficacement et rapidement ma base de données (entre autres choses). En ce moment, les fiches thématiques, les résumés; les notices se comptent par dizaines sur ma liste de choses à faire.
  • écrire et communiquer : dans un premier temps alimenter régulièrement ce carnet de recherche qui a été peu utilisé l’année dernière et  presque laissé à l’abandon cet été.
  • répondre à des appels à articles et à conférence (qui pour l’instant sont restés infructueux, la faute à mon écriture non-universitaire, au choix du sujet de ma réponse ou au trop grand nombre de candidats ?)
  • esquisser mon plan de thèse
  • commencer à esquisser la rédaction de certaines parties de ma thèse
  • travailler  : parce que les sciences humaines et sociales sont passionnantes mais les recherches rarement financées, la nécessité de trouver un job s’est rapidement imposée à moi. Il faut donc que j’apprenne à cloisonner mon temps entre mon job de monitrice assistante-bibliothécaire et mon travail de thèse.

 

En conclusion, cette 2ème année s’annonce très intense, enrichissante, et pleine de découvertes.

 

Photographier la ville /1

Le XIXème siècle voit l’avènement de la photographie. Née en 1826 des travaux de Nicéphore Niepce[1], la photographie se perfectionne, s’améliore, donne de meilleurs performances au fil du siècle.

Elle remplace ainsi peu à peu les représentations d’artistes, les gravures, les peintures.

Utilisée entre autre pour diffuser l’image des Expositions Universelles successives, la photographie permet de transcrire et de transmettre fidèlement l’image de la ville.

Mais elle a également été utilisée par Charles Marville notamment, pendant les grands travaux du baron Haussmann. Ce travail de photographie systématique des lieux en sursis ou même en cours de démolition est un véritable documentaire sur l’état de la ville de Paris au début de la seconde moitié du siècle. Une ville aux rues étroites, sombres, sales, aux maisons délabrées dans les quartiers populaires.

La photographie permet de montrer l’état préexistant de la ville, les travaux, les transformations en cours et son état final.

Ce travail est un véritable archivage de la ville ancienne ayant traversé les siècles. De ses petites rues sombres décrites par Balzac, Zola ou Daudet.

Les photographies de la ville renouvelée, transfigurée[2] ont été diffusées largement et ont permis en grande partie la propagation du résultat des travaux urbains de grande ampleur du baron Haussmann et de se successeurs à l’échelle européenne.

Expositions Universelles

En 1798, une « Exposition des produits de l’industrie française » est organisée sur le Champ de Mars. Cette exposition nationale se perpétue jusqu’en 1849.

En 1851 se déroule « The Great Ehibition of All Nations » à Londres, à l’abri du Crystal Palace de Joseph Paxton.

En 1855, la France organise à son tour « l’Exposition Universelle » et réalise elle aussi un bâtiment monumental, aux dimensions jamais atteintes auparavant : le Palais de l’Industrie. Ce principe de construire des palais gigantesques, faits de verre et de fer, mais également de pierre en façade sera réutilisé à l’occasion de l’exposition de Londres en 1862.

En 1867, la France construit un bâtiment audacieux sur le Champ de Mars : circulaire, composé de galeries concentriques[1].

Les expositions se succèdent et s’installent progressivement hors de Londres et Paris : 1871 à Londres, 1873 à Vienne, 1876 à Philadelphie, 1878 à Paris.

Mais le véritable choc aura lieu lors de l’exposition de 1889 à Paris où les remarquables progrès techniques de la construction enfer ne pourront être niés et attirent les foules. Les bâtiments majeurs de cette exposition subsisteront des années et seront intégrés à l’urbanisme parisien : la Galerie des Machines de Contamin et Dutert (détruite en 1909 pour dégager la perspective sur le Champ de Mars) et bien entendu la Tour Eiffel.

En 1893 à Chicago, à l’occasion de la « White City », les architectes prennent leur revanche sur les ingénieurs qui se sont illustrés lors des expositions précédentes.

Quant à celle de 1900, on peut la considérer d’une certaine manière comme la dernière des Expositions Universelles de ce type. Les villes hôtes ne voudront plus par la suite assurer la construction de pavillons coûteux.

On voit apparaître peu à peu une nouvelle forme d’expositions : les foires internationales de prestige qui auront lieu dans le monde entier (Barcelone, Paris, Bruxelles, Montréal, Séville, Lisbonne, Hanovre, Aichi, …)

Au cours du XIXème siècle, les Expositions Universelles étaient l’occasion pour les étrangers ou les provinciaux de découvrir. Ainsi, Edmondo de Amicis en 1878, arrive à la gare de Lyon et découvre dans le fiacre qui le conduit à l’exposition le nouveau visage de Paris : les grands boulevards d’Haussmann fraichement inaugurés, les trottoirs emplis de monde se promenant, la lumière nouvelle éclairant la ville.

Les Expositions étaient les vitrines de l’industrie, de l’architecture, mais également de la ville hôte qui voyait sa population se multiplier.


[1] Voir mon article “Le Paris Guide” du 02 octobre 2013 http://villeroman.hypotheses.org/130