Définitions

« Enonciation des qualités propres d’un objet, qui le font connaître en le distinguant de tout autre objet. Les définitions sont les préliminaires de toute espèce de science. (Pinel) »

Il est toujours très intéressant de se référer aux définitions au moment de la phase de recherches. Les définitions, je pense, sont nécessaires dans le travail du chercheur, elles permettent de cadrer, de limiter des notions.

L’architecture est l’une de ces notions. Selon Gustave Flaubert dans son Dictionnaire des idées reçues[1] paru en 1913, Architecture : Il n’y a que quatre ordres d’architecture. Bien entendu qu’on ne compte pas l’égyptien, le cyclopéen, l’indien, le chinois, le gothiques, le roman, etc. Ce Dictionnaire des idées reçues ou Catalogue des opinions chics est un ouvrage inachevé qui regroupe des définitions et aphorismes issus de l’imagination de Flaubert.

Plus sérieusement, le Grand Dictionnaire universel du XIXème siècle par Pierre Larousse[2] donne lui aussi la définition de l’architecture, bien plus conséquente sérieuse et exploitable. Architecture : Art de construire des édifices, dans des proportions et selon des règles déterminées. Sur un terrain restreint, le miracle de cette fée parisienne appelée l’architecture est de rendre tout grand. (Balzac)

Il en est de même à propos de la littérature, qui est selon la définition de Gustave Flaubert l’occupation des oisifs, et selon Pierre Larousse : Connaissance des belles lettres, science de l’écriture ; ensemble des production des écrivains d’une nation, d’un pays, d’une époque.

Un livre sur Georges Eugène Haussmann

 

97823300180099782330018009_4decouv

Après sa sortie en 2002 sous le titre Haussmann au crible, puis en 2009 sous le titre Haussmann, Georges Eugène, Préfet-baron de la Seine, Actes Sud reprend cette année cet ouvrage en format poche.

Cet ouvrage est en fait une biographie très précise et très bien documentée de celui à qui l’on doit en partie les grands travaux de la ville de Paris au XIXème siècle.

Un article bien écrit présentant le livre, je me permets de mettre son lien, plutôt que de répéter les propos de l’auteur : http://www.latribunedelart.com/haussmann-georges-eugene-prefet-baron-de-la-seine

 

Nicolas Chaudun

Haussmann, Georges Eugène, préfet-baron de la Seine

Editions Actes Sud, collection Babel, paru en avril 2013

ISBN 978-2-330-01800-9

 

Paris littéraire

Travaillant sur la ville dans la littérature, et plus particulièrement dans le roman français du XIXème siècle, la question de la localisation des espaces et des lieux présentés dans les textes est omniprésente. Ces lieux sont-ils réels ? Ont ils existé avant d’être détruits (comme les Halles centrales[1], pilier du Ventre de Paris d’Emile Zola) ? Ou sont-ils totalement fantaisistes, sortis de l’imagination de l’auteur ?

Dans le cas de certains auteurs, la réponse est évidente : la Cathédrale Notre Dame de Paris existe bel et bien et Victor Hugo l’a « uniquement » mise en scène. Mais pour d’autres, l’impression de réel est habilement travaillée, et les lieux n’existent pas, ainsi le Bonheur des dames[2] du même Emile Zola n’a jamais existé. Il est certes fortement inspiré des grands magasins existants tels que le Bon Marché, mais il est de pure fiction. Le quartier cité et décrit par l’auteur est quant à lui bien réel, il est le cadre de l’installation de la fiction.

Ainsi, comme par exemple Oscar Méténier dans le Gorille, roman parisien[3], certains  utilisent des lieux comme décor de l’action du roman, sans leur donner de réelle importance. On retrouve ce cas de figure dans de nombreux romans de mœurs se déroulant à Paris et pour lesquels la ville n’est qu’un décor, un cadre.

Lors de mes recherches dans le but de créer mon corpus, je me suis attachée à différencier ces diverses manières de traiter ou d’utiliser la ville. Les ouvrages retenus appartiennent à la catégorie du Ventre de Paris et la ville y joue un rôle central.

En effectuant des recherches sur ces « villes littéraires » je suis arrivée sur le site des Bibliothèques de prêt de la Ville de Paris, qui consacre une page sur le Paris littéraire, des classiques géolocalisés à disposition du public[4].

Ce site permet de situer sur une carte de Paris des extraits de textes géolocalisés avec des liens qui permettent de télécharger les livres concernés gratuitement (dans le domaine public).

Cette carte est également disponible en plus grand format à l’adresse suivante : https://maps.google.com/maps/ms?msa=0&msid=207309058565291184245.0004c5b983daedf430e83&hl=fr&ie=UTF8&t=m&source=embed&ll=48.859294,2.322578&spn=0.10842,0.219727&z=12

 

Il existe une autre initiative relativement similaire, mais participative cette fois à l’échelle de la France sur le site : http://www.cartographie-litteraire.net/

Cette mise en espace cartographique de la littérature permet de situer et de spatialiser des villes et des espaces qui pourraient sembler lointains ou imaginaires, mais également de redécouvrir ses classiques et notamment les romans du XIXème siècle sous un angle nouveau.