Les Daudet

Récemment, un peu par hasard j’ai lu l’ouvrage de Stéphane Giocanti C’était les Daudet[1]. Je dis, par hasard, parce que pour moi comme pour la majorité des lecteurs, le nom de Daudet est un raccourci pour celui d’Alphonse Daudet (1840-1897), auteur des fameuses Lettres de mon moulin en 1869[2].

Cette erreur, commune, met dans l’ombre le reste de la famille Daudet : Ernest (1837-1921), grand frère d’Alphonse, Julia (1844-1940) femme et fidèle soutien d’Alphonse tout au long de sa carrière, ainsi que Léon (1867-1942) et Lucien (1878-1946) leurs deux fils.

Etant en pleine réflexion sur la composition de mon corpus bibliographique, le nom de Daudet m’a intriguée. Dans la mémoire collective, Alphonse Daudet est un écrivain provençal, défenseur de ses traditions et de ses lettres, au même titre que Frédéric Mistral. Or, Alphonse, loin de rester cantonné toute sa vie dans sa Provence natale, a vécu la majorité de sa vie à Paris, fréquentant les salons et les milieux artistiques et littéraires.

Alphonse et Julia, étaient d’ailleurs de proches amis d’auteurs illustres tels que Emile Zola, Edmond Goncourt, Gustave Flaubert, … Leurs fils, évoluant dans le même milieu ont commencé par suivre les traces de leurs illustres parents avant de trouver leurs propres voies, Léon en tant que patriote engagé et défenseur littéraire de la nation, Lucien d’abord en tant qu’auteur, puis peintre, et enfin ami des artistes.

Ernest, a connu une grande carrière de journaliste et d’écrivain et son nom est aussi illustre que celui de Michelet.

Julia, épouse, mais également collaboratrice d’Alphonse, a publié de très bons ouvrages et articles, sous son nom mais également sous pseudonyme.

 

Ce livre de Stéphane Giocanti m’a permis de connaître l’histoire étonnante d’une famille qui a traversé le XIXème et le XXème siècle, évoluant, rencontrant de nouvelles personnalités, mais dont le sens artistique n’a jamais fait défaut. L’auteur cite d’ailleurs la romancière Rachilde[3] : nous comptons, si je sais compter sur mes doigts, cinq Daudet qui ont tous du talent comme un seul Alphonse Daudet et cela me semble vraiment extraordinaire. Dans la famille Daudet, tout le monde cherche à l’effacer, sans le vouloir d’ailleurs, tellement chacun a pris a cœur de faire la contraire ou autre chose que lui. Ernest est plus grave, Léon est moins tendre, quant à Lucien, le dernier, il est plus mystérieux. »

Je crois que c’est cela qui m’attire finalement vers la famille Daudet, tous ses membres (ou presque, à quelques exceptions près) ont connu une vie littéraire et artistique riche, sans jamais éclipser l’un ou l’autre. Chacun d’entre eux a trouvé sa place et sa propre histoire à écrire. Cette dynastie d’auteur ne s’est pas arrêtée à la mort d’Alphonse, elle a trouvé un nouveau souffle et a renouvelé sa plume.

Contrairement à la pensée générale, et à l’idée que je me faisais d’Alphonse Daudet avant la lecture de cet ouvrage, je l’avoue volontiers, la vie et l’œuvre de la famille est très parisienne. Et l’œuvre d’Alphonse a impressionné son grand ami Emile Zola qui ne trait pas d’éloges à son propos. Il est même lu par Charles Dickens, son modèle anglais qui lui écrit : « un petit frère m’est né en France. »


[1] Giocanti Stéphane, C’était les Daudet, Editions Flammarion, Paris, 2013, 397 pages. ISBN : 978-2-0812-7228-6

[2] voir aussi mon compte rendu de lecture : Noémie Boeglin, « Stéphane Giocanti, C’était les Daudet », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 16 juin 2013. URL : http://lectures.revues.org/11704

[3] Marguerite Eymery, Mme Alfred Valette, dite Rachilde (1860-1953), auteur français.