Lecture du soir et découvertes en chaîne…

Mis en avant

Après bien des mois d’absence ici, c’est un hasard qui me pousse à écrire ce nouvel article. Le soir, pour me « détendre », j’ai l’habitude de lire quelques pages avant de sombrer. C’est ainsi, dans les pages du roman Le fantôme de la tour Eiffel d’Olivier Bleys — il faut avouer que même dans mes lectures sensées me changer les idées par rapport à la thèse, je me retrouve souvent à lire des romans traitant de la capitale — que je suis tombée sur ces quelques lignes :

« Armand ne voulait pas quitter l’Exposition sans un coup d’œil aux galeries annexes, les seules un peu boudées du public malgré l’intérêt des pièces présentées. […] Les fiancés visitèrent successivement : l’étal de l’inspecteur de la boucherie […] ; l’exposition du service des aliénés […] ; celle du service du nettoiement où l’on découvrait brouettes, panoplies d’égoutiers et bocaux de produits désinfectants mais aussi les maquettes grandeur nature d’une maison salubre (avec siphons, cabinets d’aisance… ) et d’une autre insalubre (sans balcons, aux fenêtres murées…).[1] »

Une exposition de maquettes traitant de la salubrité et de l’insalubrité ? Il y a peu de temps j’ai rédigé une partie de ma thèse sur la thématique du confort, notamment celui des intérieurs, mais je n’avais jamais entendu parler de ces deux maquettes de taille réelle présentées lors de l’Exposition Universelle de 1889. Invention de l’auteur pour nourrir et rendre vraisemblable sa description de l’exposition ? Ou au contraire fait véritable habilement introduit dans un texte de fiction ?

Intriguée par ce menu détail du texte, j’ai décidé de vérifier son exactitude. Gaillard, dans son ouvrage traitant des Expositions Universelles parisiennes entre 1855 et 1837 se contente de mentionner :

« La Ville de Paris a fait bâtir deux pavillons où elle expose, comme en 1878, ses divers Services, mais aussi les fontaines de Sir Richard Wallace et les prototypes des futures maisons modernes dotées de tous les éléments de l’hygiène et du confort.[2] »

Dans un ouvrage dérivant uniquement l’exposition de 1889, pas davantage de précisions :

« A l’une des extrémités de l’un des pavillons, on a édifié deux maisons se faisant face : la maison salubre et la maison insalubre. Pas d’explication écrite, mais un enseignement par les yeux qui montre bien là que les lois de l’hygiène n’ont pas été suivies ; tandis qu’à côté on en a tenu tout le compte possible.[3] »

Poursuivant plus avant mes investigations, j’ai trouvé un article publié dans la Revue des Deux Mondes offrant un peu plus de d’informations :

« L’hygiène de l’habitation bourgeoise est l’objet d’une démonstration très probante et d’un genre tout particulier dans le pavillon de la ville de Paris […]. On y a construit deux petites maisons semblables à celles qu’habite la population ouvrière, dans les quartiers excentriques. Extérieurement elles sont toutes deux semblables : mêmes dimensions, même aspect, même mode de construction, mêmes ouvertures. Toutes deux se composent d’un rez-de-chaussée et de deux étages ; mais là cesse la ressemblance, et les dispositions intérieures sont complètement différentes. Dans l’une, on a réuni tout ce qui peut rendre une maison malsaine ; dans l’autre, on a réalisé toutes les combinaisons propres à assurer la salubrité. Les deux petits édifices sont réunis, à la hauteur du second étage, par une passerelle qui permet de se rendre de l’un dans l’autre. Des barrières et des écriteaux guident le visiteur dans son inspection.

On entre par la maison insalubre et, avant d’en franchir le seuil, on remarque, sur la façade, un tuyau en fonte dont les joints laissent suinter les eaux ménagères. Le parquet du rez-de-chaussée est posé sur des lambourdes encastrées dans le sol. Le lavabo, dont les tuyaux ne sont pas syphonnés, permet le reflux des gaz dans l’appartement. L’évier de la cuisine déverse ses eaux dans la rue par une gargouille, et leur odeur se mêle aux émanations de l’égout qui est en communication directe avec la cuisine. Une petite cour sombre, étroite, mal pavée, donne passage à des caniveaux qui ne sont pas étanches et laisse voir l’orifice mal clos d’une fosse fixe qui déverse ses gaz sous les fenêtres et ne peut être vidée qu’en passant par la maison. Les tuyaux de descente des eaux ménagères sont mal joints. Les cabinets d’aisances prennent jour sur l’escalier ; ils sont disposés à la turque et manquent d’eau ; les clapets en sont obstrués ; le sol est imprégné de liquides. Les mêmes fautes se retrouvent aux étages supérieurs avec de légères variantes. La maison insalubre est éclairée au gaz ; mais les becs ne sont pas ventilés, et les cheminées n’ont pas de prise d’air à l’extérieur.

Lorsqu’on a franchi la passerelle et pénétré dans la maison salubre, le changement est complet. Des papiers de couleur claire, des rideaux de guipure blanche donnent un aspect riant à ces petites pièces. Les parquets sont démontables. Les uns sont à l’anglaise, les autres en chêne, à point de Hongrie. Les cheminées ont des prises d’air à l’extérieur. Les cabinets d’aisances sont pourvus de cuvettes à occlusion hydraulique ; le réservoir de chasse est à tirage ; le système est desservi par le « tout à l’égout. » Les carreaux supérieurs des fenêtres de l’escalier ont des ventilateurs à valves de mica. Les lavabos, les toilettes ont des effets d’eau, des tuyaux d’injection syphonnés (sic) et ventilés. La cuisine est desservie par un robinet d’eau de source, son évier est muni d’un syphon (sic), avec regard de visite ; son carrelage en grès permet les lavages à grande eau. Les canalisations sont irréprochables, et leurs tuyaux sont peints en couleurs différentes, ce qui permet de les distinguer. La cour est plus spacieuse, mieux éclairée que l’autre et son dallage est en bon état. Il existe un sous-sol éclairé par une lampe Edison qui permet de voir les détails de la canalisation et les compteurs pour les eaux de source et de rivière.[4] »

Jules Rochard déroule ici un exposé très complet de cette double installation gradeur nature, nous rappelant ensuite sa genèse, et son intérêt, tant dans le cadre du progrès technique que du progrès salutaire.

« Je me suis arrêté avec complaisance sur ces deux maisonnettes, parce que leur comparaison constitue une leçon d’hygiène urbaine complète, qui s’adresse à la fois aux médecins, aux architectes, aux entrepreneurs et aux ouvriers du bâtiment. Ils apprennent là à distinguer ce qu’il faut faire, de ce qu’il faut éviter. Les gens du métier reconnaissent, avec le tact professionnel, la supériorité des dispositions qu’on leur recommande, et tout le monde constate ce fait, sur lequel on ne saurait trop insister, c’est que l’hygiène n’est pas aussi dispendieuse qu’on le croit et qu’une maison salubre ne coûte pas beaucoup plus à édifier et à entretenir qu’une maison qui ne l’est pas.

Cette démonstration, qui parle aux yeux, fait le plus grand honneur aux ingénieurs de l’assainissement de Paris ; mais il est juste d’en attribuer le principal mérite à celui qui fut leur maître, à l’homme qui a le plus fait pour la salubrité des habitations et des villes, et dont l’Hygiène porte encore le deuil. C’est Durand-Claye qui a le premier mis en usage ces moyens topiques d’enseignement qui ont le caractère de l’évidence et portent la conviction dans tous les esprits. Il avait fait de cette question le but de son existence ; il en poursuivait la solution avec une ardeur passionnée, parcourant l’Europe pour étudier sur place les dispositions en usage dans les principaux centres de population, allant de ville en ville, de congrès en congrès, pour répandre ses idées ; multipliant les démonstrations et les conférences avec la verve et la force de conviction d’un apôtre.

C’est Durand-Claye qui a eu le premier l’idée d’opposer l’une à l’autre la représentation d’une maison malsaine et d’une habitation salubre. Nous nous rappelons tous cette splendide exposition de la ville de Paris qui éclipsait tout le reste au congrès de Genève, ces fac-similé de dix mètres de haut, représentant en demi-grandeur, et dans tous leurs détails, les dispositions qu’il faut adopter dans la construction des maisons modernes, les cartes, les dessins, les plans relatifs à la distribution des eaux de Paris, à la canalisation souterraine et à l’épandage des eaux d’égout sur les terrains de Gennevilliers. Nous avons retrouvé tout cela, quatre ans après, à l’exposition d’hygiène urbaine de la caserne Lobau, et c’est avec le même plaisir que nous avons revu les appareils de démonstration de Durand-Claye, exposés par sa veuve, dans le pavillon de la ville de Paris, à côté des deux maisons d’étude édifiées par MM. Bechmann et Masson. La partie de son œuvre qui intéresse l’hygiène de la voie publique a bien plus d’importance encore, ainsi que nous allons le voir.[5] »

Cette très longue description que j’ai ici reprise intégralement, peut être dans l’euphorie d’avoir enfin trouvé des informations détaillées sur cette installation est toutefois tempérée par un second texte qui la décrit en profondeur. Celui-ci, de la plume de Louis Havard, insiste bien davantage sur les exagérations, positives ou négatives, effectuées par ce Service de la Ville dans le but de faire preuve d’une démonstration marquante :

« Le Service de l’assainissement présentait aussi deux types de maisons, l’une insalubre et l’autre salubre, exagérant les défauts de la première et les qualités de la seconde.[6] »

Il conclut même :

« Nous regrettons qu’au lieu de modèles pratiques, on ne nous ait offert que des installations exceptionnelles. Le seul enseignement qu’on pouvait tirer de cette exposition, c’est qu’on n’est pas près, dans l’état actuel des choses, d’avoir des maisons salubres. Ce n’était pas là, assurément, le but que s’était assigné le Service de l’assainissement.[7] »

Voilà comment, à partir d’une simple phrase tirée d’un roman, j’ai réalisé une petite recherche, fructueuse selon certains points, afin de retrouver son origine, et la preuve de l’existence de cette réalisation de deux pavillons par les Service de la Ville de Paris.

La recherche historique est pleine de surprise. Ma lecture du soir m’a permis d’en faire une. Ce fait est sûrement connu de nombreux historiens, mais j’aurai au moins eu la satisfaction d’en trouver des preuves. Il me revient donc de conclure par ces mots simples : Merci Mr Bleys d’avoir, bien avant moi, exhumé des archives pour rédiger votre roman !

[1] O. Bleys, Le fantôme de la tour Eiffel, Paris, Folio, 2004, p.436.
[2] M. Gaillard, Paris. Les expositions universelles de 1855 à 1937, Paris, Les Presses Franciliennes, 2003, p. 50.
[3] Cette citation est extraite d’un ouvrage rédigé « par des écrivains spéciaux et des ingénieurs ». Les merveilles de l’Exposition de 1889 : histoire, construction, inauguration, description détaillée des palais…, Paris, A la librairie illustrée, 189 ?, p.566. [En ligne]. <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k209423x/f3.image>. (Consulté le 26 juin 2016).

[4] J. Rochard, « L’hygiène en 1889 », Revue des Deux Mondes, n° 96, 1889, pp. 69‑70. [En ligne]. <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k87151g/f86.image.r=>. (Consulté le 26 juin 2016).
[5] Ibid., pp. 70‑71.
[6] L. Havard, La maison salubre et la maison insalubre à l’Exposition universelle de 1889 : étude sur l’exposition au service de l’assainissement, Paris, C. Noblet et fils, 1890, p. 4, [En ligne]. <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k86621p/f1n31>. (Consulté le 22 juin 2016).
[7] Ibid., p. 30.

« On ne voit jamais Paris pour la première fois, on le revoit »

Edmondo de Amicis[1] publie en 1880 un ouvrage intitulé Souvenirs de Paris et de Londres, dans lequel il raconte son voyage à Paris en 1878 afin de visiter l’Exposition Universelle.

Le 28 juin 1878, il arrive à Paris avec son ami Giacosa. « Nous descendîmes à la gare de Lyon, à huit heures du matin, par un temps superbe.[2] » Tous deux ont pour projet de visiter l’Exposition Universelle. Celle-ci,  « peu connue, assure la transition entre les fastes de l’Empire libéral et le triomphalisme républicain qui éclata en 1889 et 1900 »,  selon la Bibliothèque Nationale de France[3]. Le premier chapitre de cet ouvrage intitulé sobrement Le premier jour à Paris, comprenant une trentaine de pages, décrit au lecteur le parcours effectué dans la ville par les deux amis et les nombreuses curiosités rencontrées. Ainsi, « avant d’être conduit à l’Exposition, il faut que le lecteur entre avec nous dans Paris ; nous donnerons ensemble un coup d’œil à la salle avant de nous tourner vers la scène. » Paris est une ville mouvante, dans laquelle l’auteur et son ami ne trouveront « pas un moment de repos, ni pour l’oreille, ni pour l’œil, ni pour la pensée. » Partout ils seront attirés par le faste, les vitrines ; les rues les happent, les entraînent dans une déambulation à travers la ville.

Paris : une ville neuve

«  Ici, Paris commence à apparaître. La large voie, la double rangée d’arbres, les maisons gaies, tout est clair et frais, et a l’air jeune. On reconnaît au premier coup d’œil mille petits raffinements de commodité et d’élégance. »

Effectivement tout à l’air jeune, et pour cause, les grands travaux de Paris, débutés sous le Second Empire par Napoléon III et le baron Haussmann viennent à peine d’être achevés (la majorité des travaux se déroula entre 1852 et 1870), certains sont encore en cours de réalisation. La ville est jeune, propre, claire, les immeubles sont neufs et affichent fièrement leurs « façades de pierre blanche » comme le dira plus tard Émile Zola à de nombreuses reprises dans ses romans.

« Il est prodigieux de voir cette ville (…), redevenue au bout de sept ans si brillante, si superbe, si pleine de vie. (…) On était parti pour l’Exposition c’était le but, l’affaire principale. A peine est-on arrivé que cela devient la moindre. Paris, qui l’a faite, l’écrase. »

Paris montre son faste à la foule. La ville a fait peau neuve, elle s’expose en même temps que l’Exposition.

Une architecture renouvelée 

Les travaux entrepris sous le Second Empire ont eu pour effet le plus visible de réorganiser totalement le réseau viaire et de repenser et redessiner les grands boulevards[4].

« Ici la voie s’élargit encore, les maisons s’élèvent, les rues latérales s’allongent. La majesté de Paris commence à paraître. A mesure qu’on avance, tout s’embellit et grandit. »

Les boulevards possèdent une architecture particulière que l’on nommerait de nos jours l’architecture haussmannienne. De plus, on peut noter l’apparition de toute une gamme de mobilier urbain[5], et parmi celui-ci de nombreux kiosques.

« Les kiosques bariolés deviennent plus nombreux, les boutiques plus riches, les cafés plus pompeux. »

Ce mobilier nouveau vient renouveler les larges trottoirs. Il est essentiellement l’œuvre de l’architecte Gabriel Davioud, collaborateur du baron Haussmann. La végétation occupe également une grande importance dans ce nouveau Paris. « Divisée en trois parties par deux énormes bandes de verdure qui la remplissent d’ombre et de fraîcheur. » Ainsi ce sont des milliers d’arbres qui sont plantés, non seulement dans les squares, les parcs et les bois, mais aussi sur les boulevards.

L’architecture des immeubles est par ailleurs elle aussi novatrice : « Tout est ouvert, transparent, exposé aux regards. » Le verre et le fer font leur apparition et ne sont plus seulement utilisés dans la construction de halls d’exposition, d’usines et de serres. Ils entrent dans la vie courante.

« Nous arrivons au boulevard Bonne Nouvelle, là le fourmillement, le murmure, le fracas s’accroissent encore, et aussi la pompe des grands magasins, qui étalent sur la rue leurs vitrines énormes. »

La ville a désormais pour Edmondo de Amicis une nouvelle dimension et une nouvelle identité. « Il ne semble pas qu’on passe dans un lieu public, tout est clair, brillant et pompeux. »

L’immensité de la ville

« On devine, on sent, on respire (…) l’immensité de Paris. »

En 1860, la ville de Paris s’agrandit en annexant des communes périphériques. Ses limites sont repoussées jusqu’aux fortifications de Thiers. Afin de mieux saisir cette nouvelle dimension urbaine, Edmondo de Amicis et son ami Giacosa décident de monter sur l’une des tours de Notre Dame (alors l’un des points les plus hauts de la ville) pour la voir d’au-dessus. Tel Quasimodo, ils dominent la ville et la comparent même à un monstre.

« Paris remplit l’horizon, et il semble qu’il veuille couvrir toute la terre avec les énormes ondes grises et immobiles de ses toits et de ses murs. (…) La Seine brillait comme une écharpe d’argent d’un bout à l’autre de Paris, rayée de noir par ses trente ponts. (…) Çà et là, les grandes taches vertes des cimetières, des jardins et des parcs, îles vertes de cet océan. Bien loin à l’horizon (…) les contours incertains de vastes faubourgs fumants. (…) A trois milles de vous, les architectures colossales et transparentes du Champ de Mars. »

C’est d’ailleurs là l’une des seules allusions à l’Exposition dans ce premier chapitre.

De retour au niveau du sol, les deux compères poursuivent leurs pérégrinations à travers la ville et sont toujours autant étonnés.

« Ici est la pompe suprême; c’est la métropole des métropoles. (…) Ici, la rue devient place, le trottoir devient rue, la boutique devient musée. »

Les mouvements urbains

Ce qui impressionne particulièrement Edmondo de Amicis et qu’il note à plusieurs reprises dans ce chapitre ce sont les flots de voitures circulant sur les grands boulevards parfois à plusieurs files de front.

« Entre les deux rangées d’arbres, il y a une cohue de voitures, de camions, d’omnibus traînés par des machines à vapeur, d’autres omnibus très hauts, chargés de voyageurs, qui roulent en cahotant sur le sol inégal avec un fracas assourdissant. »

Cette marée incessante de véhicules de toute sorte produit toutefois « un mouvement différent de celui de Londres ». La ville devient mouvement, mouvements de machines et mouvements humains s’y mêlent, s’entremêlent. La circulation est totalement anarchique. Il n’existe pas encore de code de la route, et au fil des années, il deviendra très dangereux de se déplacer, particulièrement pour les piétons, avec la multiplication des véhicules et l’augmentation de leurs vitesse. Les piétons se débrouillent comme ils le peuvent et prennent parfois des risques inconsidérés à seule fin de traverser la rue.

« Des flots de gens traversent le boulevard, au risque d’y laisser leurs os, se pressent sur les trottoirs, assaillent les kiosques, d’où se répandent des myriades de journaux, se disputent les chaises devant les cafés et regorgent à l’entrée des rues. »

Les larges trottoirs des boulevards remplissent totalement la fonction de permettre aux piétons de déambuler, de se promener en toute sécurité, même s’ils sont envahis peu à peu par les innombrables kiosques de toute sorte.

La foule a envahi la ville. « Les chevaux passent par bataillons, et la foule par torrents. » On compte près de 16 millions de visiteurs durant les six mois que durèrent l’exposition[6]. Eduardo de Amicis le remarque et note que la circulation est très dense, nous dirions aujourd’hui qu’il y a des bouchons, les véhicules avancent au pas, les piétons semblent pressés.

« Le mouvement est beaucoup plus considérable qu’en temps ordinaire. Notre voiture est obligée de s’arrêter à chaque instant pour attendre que la file qui la précède se mette en marche. Les omnibus de toutes formes, qui ont l’air de maisons ambulantes, semblent se poursuivre. Les gens se croisent en courant dans toutes les directions. »

Importance de la lumière électrique

Edmondo de Amicis et Giacosa retournent sans relâche se promener sur les boulevards « attirés, sans nous en apercevoir, comme le papillon par la lumière. »

La lumière, c’est la troisième figure récurrente dans ce premier chapitre avec l’urbanisme et le mouvement. L’éclairage électrique est attesté depuis 1865[7].

Dans la dernière partie de ce chapitre, l’auteur insiste sur son émerveillement causé par les lumières électriques : « les premières lumières s’allument » puis « c’est là vraiment le moment où la grande ville s’empare de vous et vous subjugue. »

La ville prend un second visage sous l’influence de la fée électricité, « il n’y a pas trace d’ombre », « vous marchez, toujours au milieu d’une incendie. » Tout est « blanchi par un torrent de lumière électrique. »

La nuit de Paris offre une seconde vie pour la population. Les promenades sont toujours une occupation possible puisque « on dirait qu’il fait jour de nouveau. » Mais c’est loin d’être la seule : les bals, les fêtes, les théâtres sont autant de destinations de choix pour qui veut vivre la nuit parisienne. Tout est éclairé, les trottoirs, les rues, les cafés, les magasins, les promenades.

Fatigués par cette journée d’exploration de la grande ville, Giacosa implore son ami d’aller se coucher.

Celui ci est émerveillé par Paris, même si selon lui : « on ne voit jamais Paris pour la première fois, on le revoit. Il ne rappelle aucune ville italienne pourtant il ne nous semble pas étranger, tant nous y retrouvons les réminiscences de notre vie intellectuelle. »


[1] 1846-1908, Ecrivain, journaliste et pédagogue italien

[2] Toutes les citations suivantes, sauf mention contraire sont issues de l’ouvrage Souvenirs de Paris et de Londres (1880), Edmondo de Amicis. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k42517c

[3] Catalogue photographique virtuel des expositions de 1867, 1878, 1889 et 1900. http://expositions.bnf.fr/universelles/bande/index3.html

[4] Boulevard : promenade plantée d’arbres autour d’une ville sur l’emplacement d’anciens remparts (1803).  Par extension, le mot désigne une large voie urbaine, souvent plantée d’arbres. A Paris les boulevards s’applique spécialement à ceux qui sont situés entre la Madeleine et la Bastille, très fréquentés par les artistes et coeur de la vie sociale au XIXème siècle. On dit aussi les grands boulevards depuis 1818. Définition issue du Dictionnaire Historique de la langue française d’Alain Rey.

[5] On ne connaissait pas encore cette expression à l’époque. Elle est apparue vers 1980. Définition issue du Dictionnaire Historique de la langue française d’Alain Rey.

[6] http://www.expositions-universelles.fr/1878-exposition-universelle-paris.html

[7] Voir la definition du mot éclairage dans le Dictionnaire Historique de la langue française d’Alain Rey.

Le Paris Guide

Paris, Exposition universelle de 1867.

Egalement appelée Exposition universelle d’art et d’industrie, elle s’est tenue du 1er avril au 3 novembre 1867.

Exposition universelle 1867

Installée sur le Champ de Mars, «elle était abritée par une immense structure métallique en forme d’ellipse d’une superficie de 18 hectares, à l’intérieur de laquelle était abritée une série de halls concentriques. Au centre se dressait la galerie des machines»[1].

C’est d’ailleurs à partir de 1867 que se développe ce qu’on appelle depuis des « architectures d’exposition ».

 

Victor Hugo, toujours en exil, rédige en 1867 l’introduction d’un Paris Guide en l’honneur de l’Exposition Universelle. Dans ce texte intitulé « Paris », il envisage le futur et imagine le monde du XXème siècle. 125 des plus prestigieux auteurs français écrivent pour l’occasion. La seule condition pour figurer dans cet ouvrage était d’aimer Paris[2].

C’est sous l’impulsion de l’éditeur A. Lacroix que ce Paris Guide exceptionnel est créé. Cet ouvrage unique est signé  par les plus grands écrivains et artistes du temps.

« L’Introduction explique l’intention de ce livre, affirmation du progrès, monument hospitalier offert au génie des autres peuples par les principaux écrivains de la France, encyclopédie vivante, Exposition universelle des intelligences, et, en même temps, guide familier, pratique du promeneur dans Paris.

Nous avons voulu que la gloire nationale fût attestée par ceux qui en sont les instruments et les garants ; mais nous n’avons pas oublié que la gloire n’a toute sa légitimité qu’à la condition de se rendre utile à tous. Voilà pourquoi, à la suite de pages savantes ou brillantes sur les œuvres, sur les institutions, sur les monuments, sur la vie de Paris, nous avons condensé dans des notes substantielles tout ce qui est indispensable au voyageur, à l’étranger, pour se reconnaître dans cette patrie du monde et pour s’y acclimater.

Nous avons cherché la collaboration de tous les écrivains illustres ; les noms qui nous manquent trouveront leur place dans des éditions ultérieures. Ne posant aucune règle que celle d’aimer Paris et de servir la cause du progrès, c’est à dire la cause de la liberté, nous avons respecté dans leurs nuances les opinions individuelles. Nul, dans ce livre, n’est forcément solidaire de celui qui le précède ou de celui qui le suit. Le but seul est commun ; les efforts peuvent être différents. L’harmonie est résultée de cette liberté ; car la liberté réconcilie beaucoup plus qu’elle ne divise ; et le lecteur verra que ce livre écrit par cent vingt-cinq personnes a une unité parfaite, un ensemble admirable[3]».

Véritable catalogue, parfois enrichi d’illustrations, le Paris Guide permet de se promener dans la ville et les installations éphémères de l’Exposition.

 

Liens Gallica

Paris Guide volume 1 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k200159t

Paris Guide volume 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k200160r


[1] Evenson (Norma), Paris, Les Héritiers d’Haussmann. Grenoble / Paris: Presses Universitaires de Grenoble / Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts, 1983.

[2] Agulhon (Maurice), La Ville de L’âge Industriel, Le Cycle Haussmannien, Points, Paris: du Seuil, 1998.

[3] Paris Guide Par Les Principaux Écrivains et Artistes de La France, vol. 1. Paris: A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie, 1867, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k200159t.

Alphonse Daudet et Paris

Mis en avant

Alphonse Daudet, loin d’être uniquement un auteur provincial et provençal est également un parisien[1].

Débarquant à Paris pour vivre avec son frère Ernest en 1857, le jeune Alphonse se heurte à un véritable choc culturel. Amené à fréquenter peu à peu les cercles littéraires, il fera partie du « dîner des sifflés » (aussi appelé « dîner Flaubert ») avec les frères Goncourt, Ivan Tourgueniev, Gustave Flaubert, Emile Zola.

Ce choc transparaît dans ses romans. La grande ville y apparaît sale, froide, humide. Le gaz et les réverbères sont souvent des éléments à part entière du décor, comme si la ville mise en lumière nous offrait littéralement son vrai visage.

« Sitôt la grille franchie, on mettait le pied dans cette boue noire, infecte, indestructible, que les démolitions et les constructions récentes déversent autour d’elles, une boue de terrain vague. Le ruisseau au milieu du passage, le réverbère coupant l’espace; et de chaque côté; des garnis borgnes; des bâtisses complétées de vieilles planches, vous reportaient à quarante ans en arrière et à l’autre bout de Paris; vers la Chapelle ou Ménilmontant[2]. »

L’absence d’illustrations de romans tels que Jack, Sapho, ou encore du roman autobiographique Trente ans de Paris permet à chaque lecteur de se représenter sa propre vision, ses propres images de la ville de Paris au cours de la seconde moitié du XIXème siècle.

Jack, roman écrit en 1858 pendant les grands travaux entrepris par Napoléon III et le baron Haussmann nous donne des indices et contient des références à ces travaux. Les cloaques persistant à quelques mètres à peine des nouvelles avenues rectilignes, propres, de cet urbanisme de façade, sont décrits dans toute leur horreur.

« A côté des grands hôtels ornant les angles arrondis de glaces sans tain (…) ce sont des logements d’ouvriers, des masures où retentissent les marteaux des charrons et des maréchaux ferrants. Il y a là tout un reste de faubourg que les violons de Mabille animent le soir d’un riche bruit de guinguette. A cette époque on voyait même dans l’avenue deux ou trois passages sordides, vieux souvenir de l’ancienne Allée des Veuves et dont l’aspect misérable faisait un singulier contraste avec les splendeurs environnantes[3]. »

Sapho publié en 1884 permet de se concentrer plutôt sur la vie quotidienne et sur les conditions de logement de la classe moyenne :

« L’appartement de la rue d’Amsterdam fut loué tout de suite et trouvé charmant, malgré ses pièces en enfilade qui ouvraient, la cuisine et la salle sur une arrière cour moisie d’où montaient d’une taverne anglaise des odeurs de rinçure et de chlore, la chambre sur la rue en pente et bruyante, secouée jour et nuit aux cahots des fourgons, camions, fiacres, omnibus, aux sifflets d’arrivée et de départ, tout le vacarme de la gare de l’ouest développant en face ses toitures en vitrage couleur d’eau sale. L’avantage c’était de savoir le train à sa porte, et Saint Cloud, Ville d’Avray, Saint Germain, les vertes stations des bords de la Seine presque sous leur terrasse. Car ils avaient une terrasse, large et commode, qui gardait de la munificence des anciens locataires une tente de zinc peinte en coutil rayé[4]. »

Ainsi Alphonse Daudet, ce « provincial » nous fait partager à travers ses romans une vision de Paris totalement différente de celle d’un Emile Zola par exemple.

Son regard et sa plume s’attachent à des détails singuliers, remarquables pour un provincial du XIXème siècle, faisant au contraire partie intégrante du paysage pour les parisiens qui passent et ne s’attardent pas à observer l’état du sol ou la saleté d’une ruelle.

 

 

Liens Gallica :

Jack volume 1 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58045850.r=jack+alphonse+daudet.langFR

Jack volume 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61029962.r=jack+alphonse+daudet.langFR

Sapho : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k81102t.r=sapho+alphonse+daudet.langFR

Trente ans de Paris : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k201356k.r=trente+ans+de+paris.langFR


[1] Voir mon article “Les Daudet” du 17 juin 2013 http://villeroman.hypotheses.org/54

[2] Alphonse Daudet, Jack, volume 1, page 31

[3] Alphonse Daudet, Jack, volume 1, pages 30-31

[4] Alphonse Daudet, Sapho, pages 45-46