Ce qui s’appelle « tomber sur une pépite »

On ne sait jamais sur quoi on peut tomber lorsque l’on effectue des recherches. Ainsi, en cherchant une carte de Londres après le Grand Incendie de 1666 pour une préparation de cours, j’ai découvert totalement par hasard un site presque indescriptible. Je n’y ai (évidemment) pas trouvé cette fameuse carte que je recherchais mais un ensemble d’une soixantaine de plans et représentations de Paris au fil des siècles. Une véritable mine d’or pour ma thèse !

En me promenant sur ce fameux site, La Boîte Verte, je n’ai malheureusement pas découvert le nom de l’auteur, mais une description plutôt intéressante : site de découverte sur la photographie, le design, la technologie, la science. Considéré comme une sorte de « fourre-tout de l’esprit », ce site permet d’amusantes découvertes, par exemple les photographies de femmes avant et après le maquillage en 1928 ou encore les carnets de note d’Isaac Newton.

En près de 200 pages et 3000 articles environ, ce site nous permet de nous instruire tout en nous distrayant et fournit parfois des informations très intéressantes et inattendues.

L’art délicat de faire des choix

Mis en avant

Après une longue absence sur ce blog pour cause de manque de temps, entre mes recherches et deux emploi en simultané pour financer ces mêmes recherches, me voilà de retour. Ce début d’année, pour faire écho au billet consacré au bilan d’entrée en deuxième année de thèse, a été assez chargé. Entre la rédaction (ardue) de mon premier article pour une revue et de nombreuses propositions d’articles et de communications qui n’ont pas remporté un franc succès, j’ai pu consacrer d’avantage de temps à mes recherches.

Le temps filant à une allure folle, je me suis trouvée confrontée à l’art délicat de faire des choix, notamment bibliographiques. Il est impossible de tout lire, même si c’est très enrichissant. C’est peut-être pour moi une manière de repousser l’Échéance, la fameuse échéance, la rédaction de la thèse. Mais comment arrêter de lire ? Dans mon cas, les murs de mon bureau sont couverts de listes de titres, d’ouvrages, d’auteurs potentiellement intéressants pour un point ou un autre de mes recherches. Ça en devient presque compulsif, composer des listes, les compléter pour avoir l’infime bonheur de pouvoir barrer de temps en temps un titre, et avoir l’impression d’avoir avancé d’une marche dans les recherches. Mais ces listes interminables sont comme un escalier sans fin.

Arbitrairement je me suis donc fixé une limite, quitte à la franchir à quelques exceptions ou à compléter ma bibliographie le cas échéant, en me trouvant confrontée à une thématique précise au moment de la rédaction. Je ne sais pas si ce choix est le bon, mais j’ai l’impression que si je continuai à lire et à lire,  je ne verrai jamais le bout de ma thèse. J’ai rassemblé sur une seule liste (décidément, cette manie ne me quitte pas, mais il est vrai que les listes sont une sorte de rituel pour moi, en toute occasion) les ouvrages qui me paraissent essentiel en ce moment, les incontournables afin de me faire une idée précise du travail me restant à accomplir. Cela est vrai pour les ouvrages généraux ou traitants d’un sujet précis, mais également pour les romans qui constituent mon corpus d’étude, la matière première de mon travail.

En plus des listes (qui me sont si chères) je ne me lasse pas de créer des frises chronologiques : frise de corpus, frise du contexte historique, frise du contexte politique, … Pour l’instant ces frises m’ont énormément aidée à avoir une vue d’ensemble sur mon corpus afin de créer des liens, des groupes de romans traitant globalement d’un même sujet, … J’espère que je pourrais tirer de tout cela une matière exploitable dans la suite de mon travail.

Je sais que le travail de la thèse passe parfois par un sentiment de dispersion totale, une impression de vide au milieu du chaos de nos idées confuses. Ce chaos peut être créatif et fructueux, s’il est utilisé de manière réfléchie au bon moment. Tel est mon sentiment en cette période cruciale de choix et de décisions. Les choix que je fais ne sont peut-être pas si arbitraires que cela, car à en croire mon directeur de thèse, il y a une logique dans ce que je fais, même si je ne l’ai pas forcément encore perçue.

Photographier la ville /1

Le XIXème siècle voit l’avènement de la photographie. Née en 1826 des travaux de Nicéphore Niepce[1], la photographie se perfectionne, s’améliore, donne de meilleurs performances au fil du siècle.

Elle remplace ainsi peu à peu les représentations d’artistes, les gravures, les peintures.

Utilisée entre autre pour diffuser l’image des Expositions Universelles successives, la photographie permet de transcrire et de transmettre fidèlement l’image de la ville.

Mais elle a également été utilisée par Charles Marville notamment, pendant les grands travaux du baron Haussmann. Ce travail de photographie systématique des lieux en sursis ou même en cours de démolition est un véritable documentaire sur l’état de la ville de Paris au début de la seconde moitié du siècle. Une ville aux rues étroites, sombres, sales, aux maisons délabrées dans les quartiers populaires.

La photographie permet de montrer l’état préexistant de la ville, les travaux, les transformations en cours et son état final.

Ce travail est un véritable archivage de la ville ancienne ayant traversé les siècles. De ses petites rues sombres décrites par Balzac, Zola ou Daudet.

Les photographies de la ville renouvelée, transfigurée[2] ont été diffusées largement et ont permis en grande partie la propagation du résultat des travaux urbains de grande ampleur du baron Haussmann et de se successeurs à l’échelle européenne.

Expositions Universelles

En 1798, une « Exposition des produits de l’industrie française » est organisée sur le Champ de Mars. Cette exposition nationale se perpétue jusqu’en 1849.

En 1851 se déroule « The Great Ehibition of All Nations » à Londres, à l’abri du Crystal Palace de Joseph Paxton.

En 1855, la France organise à son tour « l’Exposition Universelle » et réalise elle aussi un bâtiment monumental, aux dimensions jamais atteintes auparavant : le Palais de l’Industrie. Ce principe de construire des palais gigantesques, faits de verre et de fer, mais également de pierre en façade sera réutilisé à l’occasion de l’exposition de Londres en 1862.

En 1867, la France construit un bâtiment audacieux sur le Champ de Mars : circulaire, composé de galeries concentriques[1].

Les expositions se succèdent et s’installent progressivement hors de Londres et Paris : 1871 à Londres, 1873 à Vienne, 1876 à Philadelphie, 1878 à Paris.

Mais le véritable choc aura lieu lors de l’exposition de 1889 à Paris où les remarquables progrès techniques de la construction enfer ne pourront être niés et attirent les foules. Les bâtiments majeurs de cette exposition subsisteront des années et seront intégrés à l’urbanisme parisien : la Galerie des Machines de Contamin et Dutert (détruite en 1909 pour dégager la perspective sur le Champ de Mars) et bien entendu la Tour Eiffel.

En 1893 à Chicago, à l’occasion de la « White City », les architectes prennent leur revanche sur les ingénieurs qui se sont illustrés lors des expositions précédentes.

Quant à celle de 1900, on peut la considérer d’une certaine manière comme la dernière des Expositions Universelles de ce type. Les villes hôtes ne voudront plus par la suite assurer la construction de pavillons coûteux.

On voit apparaître peu à peu une nouvelle forme d’expositions : les foires internationales de prestige qui auront lieu dans le monde entier (Barcelone, Paris, Bruxelles, Montréal, Séville, Lisbonne, Hanovre, Aichi, …)

Au cours du XIXème siècle, les Expositions Universelles étaient l’occasion pour les étrangers ou les provinciaux de découvrir. Ainsi, Edmondo de Amicis en 1878, arrive à la gare de Lyon et découvre dans le fiacre qui le conduit à l’exposition le nouveau visage de Paris : les grands boulevards d’Haussmann fraichement inaugurés, les trottoirs emplis de monde se promenant, la lumière nouvelle éclairant la ville.

Les Expositions étaient les vitrines de l’industrie, de l’architecture, mais également de la ville hôte qui voyait sa population se multiplier.


[1] Voir mon article “Le Paris Guide” du 02 octobre 2013 http://villeroman.hypotheses.org/130