Comme dirait mon directeur de thèse…

Comme dirait mon directeur de thèse… Il va bien falloir me lancer dans la recherche du PLAN.

Après avoir passé près d’une année à composer on corpus d’étude, à lire des romans à la pelle, à faire des sélections, à les retoucher, à les supprimer, à recommencer, bref à avancer en tournant en rond, il faut que je m’attaque au point le plus crucial de ma thèse : la composition du plan.

Enfin, ajoute-t-il pour me rassurer, d’un plan de départ, qui sera de toute manière chamboulé, un plan non-définitif donc. Très bien, même si je ne suis pas convaincue d’être rassurée.

Un plan, bien, mais comment le composer, comment créer des parties, des sous parties, des sous sous parties à partir de pas grand-chose, voilà donc mon nouvel objectif, que j’essaye bravement d’atteindre. Une page blanche, un stylo et le blocage, l’angoisse de cette page toujours blanche puis noire au fil des jours à force de raturer mes pauvres ébauches.

Un plan, puis deux, puis trois, puis j’arrête de compter, et enfin une ébauche qui me paraît viable, en attendant de revoir mon directeur. Un pan de mystère qui tombe, et la rédaction qui commence à s’approcher, sans me faire autant angoisser qu’avant.

Finalement, cette réflexion sur le plan, si douloureuse, est une bonne préparation à la rédaction. Il m’apparaît beaucoup plus facile de commencer à écrire quelque chose maintenant que je sais à peu près où le placer, comment l’articuler (ce qui ne m’empêchera sûrement pas de déplacer des pans entiers de texte plus tard, de supprimer telle partie, telle sous sous partie).

Le plan, ce fameux mot redouté de tant de doctorants, à cause de son aspect redondant, rebutant, obligatoire et pourtant si utile.

J’attends avec un peu d’appréhension la prochaine rencontre avec mon directeur, qui va déterminer la viabilité de ce plan provisoire qui m’a fait retrouver tant d’espoirs, mais j’ai moins peur de devoir le retravailler puisque je sais que c’est une étape nécessaire et fortement stimulante pour démarrer la rédaction, prochaine étape cruciale de ce parcours.

 

Bilan d’entrée en 2ème année de thèse

Aujourd’hui je vous propose un article différent des autres. Au lieu de vous présenter des découvertes faites au cours de mes recherches, je vais vous faire partager mon bilan d’entrée en 2ème année de doctorat. J’ai encore du mal à réaliser que j’en suis déjà arrivée à cette étape.

Après un grand travail de « défrichage » de documents l’année dernière, un été à lire (un peu), à réfléchir (énormément), je me retrouve dans le bureau de mon directeur de thèse pour faire un bilan de rentrée.

Cette réunion est essentielle pour moi, parce qu’elle me permet de travailler sur des bases saines, d’éviter de partir bille en tête sur des pistes trop éloignées de mon sujet de recherche, qui ne me feraient que perdre du temps. Après une bonne heure et demie de discussion, nous voilà arrivés à la question fatidique du planning.

Cette seconde année va encore être riche en découvertes et en apprentissage. Je vais devoir apprendre à rédiger de manière universitaire, trouver mon rythme, étoffer mon corpus de manière ciblée (les romans au XIXème siècle se comptent par milliers), esquisser un PLAN DE THESE (!), continuer mes recherches, et, éventuellement commencer à rédiger (si je me sens à l’aise avec l’écriture, n’étant pas issue de l’université, mais d’une école d’architecture où l’on apprend à dessiner, à visualiser l’espace mais pas à écrire).

Mon programme de 2ème année s’organise autour de plusieurs grands thèmes :

  • rechercher : recherche de corpus, de romans, de littérature annexe, de bibliographie, d’iconographie, ….
  • m’organiser : après avoir abordé la première année de manière assez « artisanale », j’ai (enfin) abandonné la prise de notes manuscrite au profit de la prise de notes informatique me permettant d’interroger efficacement et rapidement ma base de données (entre autres choses). En ce moment, les fiches thématiques, les résumés; les notices se comptent par dizaines sur ma liste de choses à faire.
  • écrire et communiquer : dans un premier temps alimenter régulièrement ce carnet de recherche qui a été peu utilisé l’année dernière et  presque laissé à l’abandon cet été.
  • répondre à des appels à articles et à conférence (qui pour l’instant sont restés infructueux, la faute à mon écriture non-universitaire, au choix du sujet de ma réponse ou au trop grand nombre de candidats ?)
  • esquisser mon plan de thèse
  • commencer à esquisser la rédaction de certaines parties de ma thèse
  • travailler  : parce que les sciences humaines et sociales sont passionnantes mais les recherches rarement financées, la nécessité de trouver un job s’est rapidement imposée à moi. Il faut donc que j’apprenne à cloisonner mon temps entre mon job de monitrice assistante-bibliothécaire et mon travail de thèse.

 

En conclusion, cette 2ème année s’annonce très intense, enrichissante, et pleine de découvertes.

 

La Saga des Halles de Paris

En parcourant le programme tv, mon regard a été attiré par un titre de documentaire la Saga des Halles de Paris. Ce documentaire, signé Vladimir Vasak, suit l’épopée de la transformation du « Ventre de Paris », de la destruction des pavillons de l’architecte Victor Baltard, au projet du futur carreau des Halles de Patrick Berger et Jacques Anziutti, en passant par l’actuel Forum des Halles.

Ce documentaire, partagé entre interview d’acteurs des différents projets successifs, images d’archives et sources historiques, permet à tout un chacun d’appréhender ce lieu emblématique de la capitale, dont les évolutions ont marqué la vie de plusieurs générations de riverains et de commerçants.

Le quartier des Halles a toujours eu une grande fonction sociale, de quartier commercial fournissant toute la capitale en denrées alimentaires, à centre commercial régional attirant en majorité une population issue de l’extérieur de Paris.

Ce documentaire m’a intéressée, de part sa profondeur de discours et de recherche, sa multitude de regard. Traitant essentiellement des projets des Halles du XXème siècle, il s’éloigne de mon sujet de recherche mais permet néanmoins de suivre l’évolution d’un projet emblématique et d’un site fort au centre de la capitale, traversant les siècles et s’adaptant aux nouveaux besoins.

 

Le documentaire est disponible pendant encore 4 jours sur la plateforme Pluzz à l’adresse suivante :

http://pluzz.francetv.fr/videos/la_saga_des_halles_de_paris.html