Bilan d’entrée en 2ème année de thèse

Aujourd’hui je vous propose un article différent des autres. Au lieu de vous présenter des découvertes faites au cours de mes recherches, je vais vous faire partager mon bilan d’entrée en 2ème année de doctorat. J’ai encore du mal à réaliser que j’en suis déjà arrivée à cette étape.

Après un grand travail de « défrichage » de documents l’année dernière, un été à lire (un peu), à réfléchir (énormément), je me retrouve dans le bureau de mon directeur de thèse pour faire un bilan de rentrée.

Cette réunion est essentielle pour moi, parce qu’elle me permet de travailler sur des bases saines, d’éviter de partir bille en tête sur des pistes trop éloignées de mon sujet de recherche, qui ne me feraient que perdre du temps. Après une bonne heure et demie de discussion, nous voilà arrivés à la question fatidique du planning.

Cette seconde année va encore être riche en découvertes et en apprentissage. Je vais devoir apprendre à rédiger de manière universitaire, trouver mon rythme, étoffer mon corpus de manière ciblée (les romans au XIXème siècle se comptent par milliers), esquisser un PLAN DE THESE (!), continuer mes recherches, et, éventuellement commencer à rédiger (si je me sens à l’aise avec l’écriture, n’étant pas issue de l’université, mais d’une école d’architecture où l’on apprend à dessiner, à visualiser l’espace mais pas à écrire).

Mon programme de 2ème année s’organise autour de plusieurs grands thèmes :

  • rechercher : recherche de corpus, de romans, de littérature annexe, de bibliographie, d’iconographie, ….
  • m’organiser : après avoir abordé la première année de manière assez « artisanale », j’ai (enfin) abandonné la prise de notes manuscrite au profit de la prise de notes informatique me permettant d’interroger efficacement et rapidement ma base de données (entre autres choses). En ce moment, les fiches thématiques, les résumés; les notices se comptent par dizaines sur ma liste de choses à faire.
  • écrire et communiquer : dans un premier temps alimenter régulièrement ce carnet de recherche qui a été peu utilisé l’année dernière et  presque laissé à l’abandon cet été.
  • répondre à des appels à articles et à conférence (qui pour l’instant sont restés infructueux, la faute à mon écriture non-universitaire, au choix du sujet de ma réponse ou au trop grand nombre de candidats ?)
  • esquisser mon plan de thèse
  • commencer à esquisser la rédaction de certaines parties de ma thèse
  • travailler  : parce que les sciences humaines et sociales sont passionnantes mais les recherches rarement financées, la nécessité de trouver un job s’est rapidement imposée à moi. Il faut donc que j’apprenne à cloisonner mon temps entre mon job de monitrice assistante-bibliothécaire et mon travail de thèse.

 

En conclusion, cette 2ème année s’annonce très intense, enrichissante, et pleine de découvertes.

 


2 réflexions au sujet de « Bilan d’entrée en 2ème année de thèse »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *